Barack Obama promet un nouveau contrat social à un électorat inquiet de la conjoncture

 |   |  479  mots
Si vous pensez que les changements fondamentaux peuvent attendre, je ne suis certainement pas votre candidat. " Vainqueur des caucus démocrates de l'Iowa, Barack Obama a bon espoir de transformer l'essai au cours de la primaire qui aura lieu demain dans le New Hampshire.Le candidat de l'" espoir " propose d'ambitieuses politiques fiscale, commerciale et énergétique. En matière d'impôts, le sénateur de l'Illinois s'engage au premier chef à réduire l'imposition de 150 millions d'Américains - la moitié de la population des États-Unis - à hauteur de 85 milliards de dollars.Pour financer cette mesure, Barack Obama, partisan d'une réduction de la dette des États-Unis et défenseur de la " règle d'or " selon laquelle toute dépense fédérale doit être compensée par une recette, veut " inverser les baisses d'impôts irresponsables que le président Bush a accordées aux plus aisés ". Le candidat compte faire passer l'imposition des plus-values et des dividendes de 15 % à 28 %. Il entend aussi annuler les exemptions d'impôts dont bénéficient les entreprises et pénaliser plus lourdement l'évasion fiscale.La volonté d'Obama de retirer les troupes américaines d'Irak en seize mois ne serait pas neutre d'un point de vue budgétaire puisque, selon le CRS (Congressional Research Service), le conflit coûte 10 milliards de dollars par mois.En matière d'environnement, Barack Obama propose que les États-Unis réduisent leur dépendance énergétique en investissant 150 milliards de dollars dans les énergies " propres " en dix ans. Ce projet serait financé grâce à un système d'échange de quotas d'émission ayant vocation à réduire la production de gaz à effet de serre de 80 % d'ici à 2050.DES NORMES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALESLe programme d'Obama en matière de commerce extérieur est jugé populiste par les milieux patronaux. Le candidat souhaite intégrer de drastiques normes sociales et environnementales aux accords de libre-échange conclus et à venir, notamment celui liant les États-Unis au Canada et au Mexique (Alena). Mais son discours sur les délocalisations, qui vise notamment la Chine, accusée de " manipuler sa monnaie ", résonne dans l'Iowa et le New Hampshire, où l'industrie demeure le premier secteur d'activité.Pour contrer ce candidat de 46 ans, qui veut lutter contre la fraude aux crédits immobiliers et augmenter le salaire minimum, Hillary Clinton dénonce son inexpérience. Ce à quoi l'intéressé répond que, à sa " connaissance, elle n'a pas été secrétaire au Trésor de l'administration Clinton ". La lutte entre les deux candidats est particulièrement vive au sujet de la réforme de la santé. Contrairement à Clinton, qui veut instaurer une couverture universelle obligatoire pour tous, Obama veut limiter cette obligation aux enfants et encourager les adultes à épargner et les aider à souscrire à une assurance médicale privée. Un projet qui selon la sénatrice de New York reviendrait à " abandonner 15 millions d'Américains " .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :