La crainte d'une récession plane sur le " Super Tuesday "

L'édition 2008 du " Super Tuesday " a lieu dans un climat d'extrême nervosité. Alors que primaires et assemblées d'électeurs (caucus) sont organisées aujourd'hui dans 24 États, gouverneurs, maires et responsables des collectivités locales s'inquiètent pour l'économie de leur région. Au cours du quatrième trimestre 2007, le PIB des États-Unis ne s'est accru que de 0,6 %. Mais de nombreux économistes estiment que certains États - dont plusieurs participent aux consultations d'aujourd'hui - sont au bord ou déjà entrés en récession." Il est clair que la Californie, l'État de New York, le Michigan, la Géorgie et l'Ohio font partie des États qui ont vraisemblablement enregistré une croissance négative au cours du quatrième trimestre ", affirme Jim Diffley, économiste responsable des régions du cabinet Global Insight. Selon lui, en dépit du plan de relance de 150 milliards de dollars négocié entre l'administration Bush et le Congrès et des nouvelles baisses des taux, la " probabilité d'une récession au cours de l'année 2008 s'élève à 50 % ". Selon Economy.com, cinq États représentant 25 % de l'économie américaine sont déjà en récession. Pour les électeurs républicains, la situation économique constituera le thème majeur de l'élection présidentielle du 4 novembre. Du côté démocrate, la conjoncture est un enjeu presque aussi important que la guerre en Irak. Selon une enquête Gallup, chez les républicains, John McCain distance son principal rival Mitt Romney de 20 points dans les sondages. Les jeux sont beaucoup plus ouverts chez les démocrates où Barack Obama a considérablement réduit l'écart avec Hillary Clinton (44 contre 45 %).Les candidats ont fait campagne dans des États aux situations économiques disparates. Dans plusieurs États consultés aujourd'hui, le taux de chômage reste inférieur à 4 %, contre 4,9 % au niveau national. C'est notamment le cas du Montana, de l'Utah, du Nouveau Mexique et de l'Idaho. À l'inverse, d'autres États sont particulièrement frappés par le ralentissement en cours : le chômage atteint 6,5 % en Alaska et 6,1 % en Californie qui figure parmi les États dont le scrutin est le plus attendu. D'après l'Alliance for American Manufacturing, 1,5 million d'emplois industriels ont disparu au cours des sept dernières années dans les États participant au " Super Tuesday ".INVESTIR DANS LES INFRASTRUCTURESFragilisés par la crise de l'immobilier, régions et villes craignent pour leurs recettes fiscales et le financement de leurs infrastructures. La semaine dernière, lors de la conférence des maires américains, Michael Bloomberg a annoncé avoir formé une coalition avec le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, pour " un nouvel engagement national pour les infrastructures ". Le maire de New York estime que " le meilleur moyen d'injecter de l'argent dans l'économie est de financer des infrastructures dans les villes et les États qui n'ont pas les moyens ". Dans ce contexte, le sauvetage des rehausseurs de crédit est attendu avec impatience.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.