30.000 emplois créés ou maintenus par les investisseurs étrangers

 |   |  504  mots
C'est tout juste si, dans son pays, on ne l'accuse pas de trahison ! Francis Mackay est PDG du britannique Compass, numéro un mondial de la restauration collective. Il fait partie de ces chefs d'entreprises étrangères installées en France qui ont accepté de témoigner dans le film "The New France, where the Smart Money Goes", diffusé aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et au Japon par l'Agence française pour les investissements internationaux (Afii). Participant hier matin, à l'hôtel Matignon, au second conseil stratégique pour l'attractivité de la France, Francis Mackay a paru s'amuser de la vieille rivalité franco-britannique.Progression. Le témoignage du PDG de Compass, ajouté à ceux de la vingtaine de dirigeants de grandes entreprises françaises et étrangères membres du Conseil stratégique pour l'attractivité, semblent valider les efforts déployés par le gouvernement pour accroître l'attrait du site France. Grâce notamment aux avis du Conseil, le gouvernement a d'ores et déjà instauré une centaine de mesures concrètes en 2004 et au début de 2005. Cette année, les réflexions du Conseil sont concentrées sur les mesures susceptibles d'attirer les chercheurs, les étudiants étrangers et les centres de recherche et développement.Souvent malmenée dans les classements et autres enquêtes d'opinion diffusées par la presse anglo-saxonne, la France s'est dotée de son propre tableau de bord de l'attractivité. L'édition 2005 souligne une progression de la France du quatrième au second rang pour les investissements directs étrangers reçus en trois ans. Elle se hisse du sixième au quatrième rang quand on considère ces flux en proportion du PIB. L'an dernier, les investisseurs étrangers ont annoncé la création ou le maintien de près de 30.000 emplois dans l'Hexagone. En moyenne, sur trois ans, les emplois annoncés progressent de 25.000 à 27.000."Le site France approche ainsi de très près les performances du Royaume-Uni", souligne l'Agence française pour les investissements internationaux, qui précise que "la progression est également significative en ce qui concerne deux activités stratégiques : les centres de recherche et les quartiers généraux". A la rentrée 2003-2004, les universités françaises ont accueilli environ 250.000 étudiants étrangers. Des effectifs qui ont progressé de 11 % en un an et de près de 70 % sur les cinq dernières années. En proportion des étudiants inscrits, la France se rapproche désormais des performances du Royaume-Uni et de l'Allemagne.Enfin, l'Afii rappelle que la Banque mondiale classe la France en deuxième position - sur les dix pays de référence du tableau de bord - pour les facilités de création d'une nouvelle entreprise. Soit une progression de trois places que le gouvernement relie à l'entrée en vigueur de la loi sur l'initiative économique. Le rang de la France s'est également amélioré en ce qui concerne l'attractivité fiscale pour les cadres étrangers de haut niveau, et pour le capital-risque et le capital-investissement.P. G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :