Quand les placards polluent

 |   |  326  mots
À prendre au pied de la lettre les conclusions de la sénatrice Verte, on en cesserait de respirer. Dans le rapport sur les risques et dangers pour la santé humaine des substances chimiques d'usage courant qu'elle a rendu public hier, la sénatrice du Nord, Marie-Christine Blandin, fait une description calamiteuse de la qualité de l'air intérieur de nos différents habitats.Appartements, maisons, bureaux, commerces, lieux de loisirs, transports en commun, ces " boîtes à vivre " à l'intérieur desquelles " les Français passent au moins 70 % à 90 % de leur temps " recèlent des concentrations de polluants et des combinaisons de substances chimiques généralement plus élevées qu'à l'extérieur.Dans nos lieux d'habitation, les responsables de ces pollutions " sont rangés dans divers placards ". À savoir, le placard des produits ménagers et ses nettoyants, ses désodorisants, ses déboucheurs... Mais également le placard à pharmacie avec ses médicaments et ses produits de maquillage, celui du bricoleur, celui du jardinier et ses insecticides et herbicides sans oublier " le placard du mécanicien du dimanche " dans lequel se côtoient divers produits gorgés de substances chimiques comme les dégraissants, les peintures, les dégrippants, etc.Et, s'il n'y avait que les habitations ! Les " boites à voyager ", trains, métros et leurs multiples gares, l'habitacle des voitures comme " les boîtes à loisir " que sont les discothèques, les cinémas ne sont pas mieux loties. L'air qu'on y respire n'est aucunement exempt de dangers pour la santé.DES PARTICULES NOCIVESTous ces produits, solides ou liquides sagement rangés dans leurs placards et remises, diffusent en effet des particules dont la caractéristique est que plus elles sont petites, " plus leurs effets nocifs risquent d'être prononcés ", explique le rapport. Ces émanations sont particulièrement nocives pour les populations fragiles, a souligné la sénatrice, qui se refuse néanmoins à toute " sinistrose " et voudrait plus d'innovation de la part des entreprises en faveur d'une " chimie verte ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :