ECONOMIE France

 |   |  487  mots
- Chamard (RPR) veut rendre la réduction du temps de travail obligatoire Le député RPR Jean-Yves Chamard a demandé hier au gouvernement de « refuser » désormais « tout plan social qui n'utiliserait pas l'aménagement et la réduction du temps de travail » par le biais de l'article 39 de la loi quinquennale, récemment élargi. Pour le vice-président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, le sommet social sur le temps de travail, qui aura lieu lundi prochain à Matignon, devrait précisément être l'occasion pour le gouvernement de « déclarer solennellement » cette obligation. L'article 39, modifié par la loi du 11 juin dernier, comporte une clause « défensive » qui offre des allégements de charges aux entreprises qui réduisent le temps de travail pour éviter des licenciements, a-t-il rappelé. Selon Jean-Yves Chamard, Moulinex, qui a annoncé un plan de 2.100 suppressions d'emplois en France et négocie son plan social, devrait utiliser cet article pour limiter les licenciements. - Personnes âgées : le Sénat propose une « allocation spécifique dépendance » Incapable de concrétiser la promesse du candidat Chirac sur la création d'une prestation autonomie au bénéfice des personnes âgées dépendantes - pour cause de contraintes budgétaires -, le gouvernement se voit offrir une porte de sortie honorable par le Sénat, qui s'apprête à déposer une proposition de loi visant à la création, au 1er janvier 1997,d'une « allocation spécifique dépendance ». Objectif : faire évoluer l'actuelle « allocation compensatrice pour tierce personne » (ACTP). Jean Puech, président de l'assemblée des présidents de conseils généraux, soulignait hier qu'il s'agissait « d'être plus efficace, en répondant à la demande tout en contrôlant davantage l'effectivité de la prestation ». L'allocation ne serait plus versée en espèces, mais sous forme de chèque-service. - FO ne présentera pas de candidat à la présidence de la Cnam Force ouvrière ne présentera pas de candidat lors de l'élection du futur président de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), le 16 juillet, a-t-on appris de source proche du comité confédéral national de FO, qui s'est ouvert mardi à Paris. FO, qui cédera sa place à la CFDT après avoir assuré la présidence de la Cnam depuis 1967, devrait se contenter d'une déclaration politique réaffirmant son opposition au plan Juppé et ne pas participer au vote, a proposé son secrétaire général, Marc Blondel, dans son discours introductif. « Nous resterons à l'extérieur et nous serons critiques », avait déclaré M. Blondel, lundi, sur RMC, confirmant ainsi implicitement une décision politique prise depuis plusieurs semaines. Au terme d'une redistribution des présidences des caisses décidée, le 12 juin, en l'absence de FO, entre le CNPF, la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC, l'actuel président de la Cnam, Jean-Claude Mallet, doit passer le relais à Jean-Marie Spaeth (CFDT).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :