Les ressources minières pourraient être nationalisées

 |   |  149  mots
L'économie péruvienne, principalement fondée sur la production minière (le pays est le deuxième producteur mondial d'argent, le troisième pour le cuivre et le cinquième pour l'or), se porte bien. Grâce à l'envolée des prix des matières premières, le produit intérieur brut (PIB) a crû de 7,7 % au quatrième trimestre 2005. De quoi inciter les investisseurs, nombreux sur les matières premières, à investir sur place. Alors que l'élection présidentielle se rapproche - le premier tour aura lieu le 9 avril -, les investisseurs prennent peur. Si le leader de la gauche, Ollanta Humala, n'arrive qu'en deuxième position dans les sondages, il a déjà déclaré, à l'image de son voisin, le Bolivien Evo Morales, vouloir imposer davantage les compagnies étrangères et créer des joint-ventures entre l'État et les compagnies privées.L. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :