Berlin adopte un plan d'aide en faveur de la formation

 |   |  347  mots
Le gouvernement allemand a adopté hier un plan d'aide pour l'accès à la formation professionnelle de milliers de jeunes qui en sont exclus du fait de leur trop faible niveau de qualification. Dans les trois années à venir, Berlin veut parvenir à placer 100.000 jeunes dans des formations en entreprise par le biais d'une aide financière ou " bonus formation " versé aux patrons.Ce bonus doit être gradué selon le niveau de rémunération du stagiaire. Il atteint 4.000 euros pour une rémunération mensuelle jusqu'à 500 euros, 5.000 euros dans la tranche de rémunération entre 500 et 750 euros, enfin 6.000 euros au-delà de cette tranche. Le budget alloué à cette initiative ressort à 350 millions d'euros d'ici à 2010. Il est financé à partir des cotisations d'assurance chômage collectées par l'agence fédérale pour l'emploi.PRIORITE AUX JEUNESLe dispositif doit bénéficier aux jeunes qui peuvent justifier de cinq preuves d'échec lors de leurs candidatures en entreprise ou qui sont depuis deux ans à la recherche d'une formation ou encore qui souffrent d'un handicap particulier. En 2006, pas moins de 302.000 jeunes n'ont pu obtenir leur stage de formation, soit 40 % de l'ensemble des candidats.Les fédérations patronales ont réagi hier de façon mitigée. Elles doutent que le système soit efficace car les critères sont très larges pour l'obtention du bonus. Le gouvernement veut de son côté éviter des abus. La priorité serait plutôt de concentrer les moyens financiers sur les jeunes en réelles difficultés d'insertion, font valoir les fédérations patronales. En outre, le dispositif risque de brusquer les entreprises qui ont accueilli un fort contingent de jeunes les années passées et qui ne peuvent pas rallonger leur budget formation, même en y étant incitées par ledit bonus.Le plan gouvernemental, qui doit faire l'objet d'une loi, s'inscrit dans un dispositif plus large visant à prévenir la pénurie de travailleurs qualifiés. Il s'accompagne de mesures pour améliorer l'offre de places de garde pour les enfants et ainsi permettre à plus de femmes de travailler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :