Un futur commun pour GDF et Qatar Petroleum

 |   |  420  mots
Lors de la première visite du chef de l'État français Nicolas Sarkozy dans le Golfe, Gaz de France (GDF) et Qatar Petroleum devraient en effet signer un accord de coopération ce soir dans l'exploration, le gaz naturel liquéfié (GNL) et à l'international." Il y a une certaine logique à engager une réflexion sur notre futur commun ", explique Jean-Marie Dauger, directeur général délégué de GDF. Le Qatar détient les troisièmes réserves mondiales de gaz et est le premier exportateur mondial de gaz naturel liquide GNL. De son côté, GDF est le premier importateur européen de GNL. Et, en fusionnant avec Suez, le nouveau groupe " sera le plus gros acteur GNL de la zone Atlantique, avec 17 millions de tonnes par an ", souligne Philippe Olivier, président-directeur général de Suez Global LNG.Aussi, lorsque le Qatar décide d'investir massivement pour produire à terme quelque 100 milliards de m 3 de gaz (contre 54 milliards de m 3 en 2006), soit l'équivalent de la consommation du premier pays européen consommateur de gaz, l'Allemagne, il se tourne vers le futur groupe GDF-Suez, pour satisfaire ses ambitions à l'international. Qatar Petroleum souhaite " multiplier les accès aux marchés en investissant dans des terminaux GNL et dans des sites de stockage notamment ", précise Jean-Marie Dauger. De fait, si la compagnie nationale est prête à investir aux côtés de GDF dans le pétrole et le gaz, GDF et Suez devraient lui faciliter l'entrée sur nombre de marchés. Le futur ensemble " figurera parmi les cinq premiers acteurs mondiaux avec le japonais Tapco, le coréen Cogas, l'américain Exxon et le qatari Qatar Petroleum ", affirme Philippe Olivier. C'est selon lui le seul groupe qui pourra opérer " à la fois en Europe et aux États-Unis " tout en étant déjà présent en Inde et en Asie.UN BUREAU SUR PLACEEn contrepartie, le Qatar va leur ouvrir son marché. " Gaz de France a ainsi été préqualifié pour participer à un appel d'offres dans l'exploration-production sur des concessions offshore qui débutera en mars prochain ", indique Jean-Marie Dauger. GDF, qui vient d'ouvrir un bureau sur place, a d'ailleurs nommé Bernard Otte, un des grands spécialistes de l'amont du groupe qui a créé et développé l'activité de GDF en Norvège. D'autant que le nouveau groupe nourrit de grandes ambitions, dans le GNL notamment. "Un marché mondial de 200 millions de tonnes par an qui ne cesse de croître ", estime Philippe Olivier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :