Les moins de 27 ans bientôt privés de revenu minimum aux Pays-Bas

 |   |  438  mots
Un projet de loi est en discussion depuis décembre au Parlement néerlandais, visant à supprimer toute aide sociale pour les moins de 27 ans. Pour l'actuelle coalition de centre gauche au pouvoir, il s'agit de poursuivre la réforme de l'État-providence, et de remettre au travail les 300.000 personnes qui dépendent encore des aides sociales. La FNV Jong, la branche " jeunes " de la Fédération des syndicats néerlandais (FNV), la plus grande centrale syndicale du pays, envisage un procès pour discrimination contre le gouvernement.Le projet, annoncé en septembre, est défendu par les travaillistes. Les municipalités, qui distribuent l'essentiel des aides sociales aux Pays-Bas, seraient obligées d'offrir du travail ou des études aux jeunes qui demandent l'allocation " revenu de base "- l'équivalent du RMI français. En cas de refus des intéressés, l'aide serait immédiatement suspendue.Les syndicats redoutent une application arbitraire de la loi, qui vise à lutter contre l'oisiveté des jeunes " allochtones ", nom donné auximmigrés. Les jeunes Marocains,notamment, sont confrontés à un chômage de 20 %, cinq fois plus élevé que la moyenne nationale (4 %). Beaucoup vivent aux crochets de l'État. Ceux qui suivent un parcours classique risquent de faire les frais de la suppression du RMI pour les moins de 27 ans. " Les jeunes diplômés qui ne trouvent pas immédiatement du travail seront obligés d'accepter des postes de moindre qualification ", proteste la FNV Jong.INSTAURATION DU CV ANONYMED'autres mesures ont été prises par le gouvernement pour que le nouveau système fonctionne. Les emplois Melkert, des postes subventionnés d'assistant scolaire ou de surveillant de quartier, vont être relancés. Payés au Smic, ces emplois avaient été supprimés en 2003 pour réduire les dépenses de l'État. Leur remise au goût du jour vise à intégrer 200.000 bénéficiaires potentiels sur le marché du travail, d'ici à 2011. " Pour la plupart, ces personnes dépendent de l'aide sociale et n'arrivent pas à trouver seules un emploi ", explique Ahmed Aboutaleb, le secrétaire d'État aux Affaires sociales et au Travail. D'autre part, un groupe de travail pour l'emploi des jeunes, qui réunit divers organismes publics et privés, explore diverses pistes dont l'instauration du CV anonyme. Un essai a été tenté par l'agence de recrutement Manpower, sans succès. Après un processus de sélection sur 760 candidatures anonymes, pour pourvoir un poste de consultant et un poste de directeur d'agence chez Manpower, la plupart des allochtones ont échoué à leurs entretiens. " Leur qualification est moins bonne que celle des Néerlandais de souche ", explique Lisette Schone, de Manpower Nederland.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :