Poussée inflationniste en Amérique latine

 |   |  392  mots
La hausse des prix de détail en Argentine a-t-elle été de 8,5 % ou de 22 % en 2007 ? Le premier chiffre est celui de l'Institut national des statistiques, l'Indec. Le second est avancé par d'anciens techniciens de cet organisme, licenciés l'an dernier. Hormis le gouvernement, pratiquement personne ne fait désormais confiance aux calculs officiels, même si les estimations officieuses sont suspectées de " politisation ". Indépendamment de la polémique, on ne peut nier que l'inflation est de retour en Argentine.C'est aussi le cas dans d'autres pays de la région. Au Venezuela, la hausse des prix de détail a atteint 24,1 % en 2007, en Bolivie 11,73 %, en Uruguay 8,5 %, selon les données officielles dans tous les cas. Si le Paraguay (6 %), la Colombie (5,69 %), le Brésil (4,46 % d'après le gouvernement, mais 7,89 % selon la fondation Getulio Vargas) et le Pérou (3,93 %) affichent des progressions moins fortes, la tendance est la même, avec une accélération quasi générale par rapport à l'année précédente. Seule exception notable, le Mexique (3,76 % en 2007, 4,05 % en 2006), sans doute parce que son économie, plus liée à celle des États-Unis, connaît des cycles différents.Faut-il s'inquiéter de ces poussées inflationnistes dans une région qui en a tant souffert par le passé ? Pour Bernardo Kosacoff, de la Cepal (Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine), il faut noter une différence essentielle avec la situation qui prévalait il y a vingt ans : " À l'époque, l'inflation, alimentée par l'émission monétaire, servait à financer les déficits publics. Aujourd'hui, la hausse des prix doit beaucoup à l'envol des cours des matières premières. "LE CHEMIN DE LA CROISSANCES'il faut distinguer des situations particulières, comme le fait Jean-Édouard de Rochebouët, président de la CCIFA (Chambre de commerce et d'industrie franco-argentine), en signalant que " l'Argentine, avec une augmentation du PIB de près de 9 % par an depuis 2003, est en risque de surchauffe " , on s'accorde pour dire que le regain d'inflation que connaît l'Amérique latine est d'abord le signe qu'elle a retrouvé le chemin de la croissance. Et si des facteurs internes (moindre concurrence, réglementations) doivent également être pris en compte, c'est d'abord la hausse des produits agricoles et du pétrole qu'elle exporte qui est à l'origine de la hausse des prix dans la région.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :