Coca-Cola France fait la chasse au sucre

 |  | 462 mots
Lecture 2 min.
Une part de 5 % sur le marché total des soft drinks en France, 120 millions de litres vendus en une année et une croissance de 25 % en cumul annuel mobile à fin juin 2008 : cette fois, c'est sûr, Coca-Cola Zero, la formule zéro sucre de Coca-Cola destinée aux hommes, est le plus beau succès de la filiale française depuis de nombreuses années. " Ce sera notre levier de croissance pour les trois ans à venir " , affirme le PDG de Coca-Cola France, Christian Polge . Ca valait le coup d'investir 10 millions d'euros en publicité, échantillons et promotions lors du lancement en janvier 2007. À côté, la croissance de 2 % de Coca classique fait pâle figure. Sans parler du Light, qui a souffert de l'engouement pour le Zero, avant de se redresser au troisième trimestre, grâce au recentrage sur son coeur de cible, les femmes.FANTA ET SPRITE SUIVENTLE MOUVEMENT " Depuis l'arrivée du Zero, le total sans sucre représente 27 % de notre portefeuille de boissons pétillantes, contre 22 % il y a deux ans , explique Christian Polge. Et nous visons les 50 % pour 2015. " Car, devant un tel succès, les versions light de Fanta et Sprite sont elles aussi passées sous l'appellation Zero, censée être plus compréhensible par le consommateur. Leur taux de sucre a, au passage, été diminué d'environ 20 %, au profit des fruits. Au-delà des sodas, ce sont toutes les boissons perçues comme moins sucrées et caloriques qui ont la cote. " Nous diversifions au maximum notre portefeuille, notamment vers les boissons plates " , confirme le patron de Coca-Cola France. Le Fanta Still (sans bulles), lancé en mars pour concurrencer Oasis, et la boisson énergisante Burn sont bien accueillis en grandes surfaces.FUTURS LANCEMENTSEt il suffit de faire un tour par le centre international de recherche et développement, dans la banlieue de Bruxelles, pour avoir un aperçu des futurs lancements. Parmi les milliers de références présentées, le Lemon and Nada, une limonade traditionnelle qui cartonne en Espagne, ou le café froid en cannette développé avec la maison Illy pour les pays de l'Est " retiennent particulièrement l'attention de la France ". Tout comme les eaux vitaminées de Glaceau, rachetées 3 milliards d'euros en mai 2007, et déjà numéro un en valeur du marché des eaux outre-Atlantique. Sans oublier l'eau minérale belge Chaudfontaine, dont le lancement sous la marque Dasani avait échoué en 2003." Le plus difficile est de dire non car on ne peut pas tout lancer à la fois " , admet le PDG de la filiale française. Pour l'instant, il lance une série limitée représentant James Bond sur les bouteilles de 2 litres de Coca-Cola Zero pendant les deux prochains mois, à l'occasion de la sortie du film. Pour le reste, patience.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :