Christine Albanel fragilisée avant le remaniement

 |  | 376 mots
Lecture 2 min.
« Pour Albanel, ça va de Hadopi en pire », ironisait hier un élu de la majorité, alors que reprenaient corps les rumeurs sur une éviction de la ministre de la Culture à la faveur du prochain remaniement. Un site Internet d'opposants à la loi antipiratage proposait même hier de parier sur la date de son départ du gouvernement. Il est vrai que Nicolas Sarkozy a fait de la loi Hadopi le symbole de son rapprochement avec le monde de la culture, traditionnellement classé à gauche.Christine Albanel s'est toutefois défendue, en estimant que « 90 % de la loi » avait été validée par le Conseil constitutionnel, institution dans laquelle, ironie de l'histoire, siège l'ancien président Jacques Chirac, dont elle fut la « plume » élyséenne après son élection en 1995.Au gouvernement, Xavier Darcos, que l'on dit lassé par l'Éducation nationale, a déjà fait connaître son intérêt pour le portefeuille de la Culture. Mais on évoque aussi de plus en plus le nom de Christophe Girard, adjoint à la Culture du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë. Il serait choisi en vertu de la politique d'ouverture à gauche appliquée par Nicolas Sarkozy depuis son arrivée à l'Élysée il y a deux ans. « Un appel du président de la République ne peut laisser indifférent, cela mérite réflexion », a confié l'intéressé à Rue89, tout en soulignant que « rien de tel n'est venu ».mobilisation inattendueLe nouveau camouflet infligé à l'Élysée et au gouvernement, après le rejet surprise du texte à l'Assemblée le 9 avril, en raison d'une mobilisation inattendue des députés socialistes, a en tout cas réjoui une opposition encore sous le coup de la débâcle aux élections européennes de dimanche. Le président du groupe socialiste de l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault, a demandé au gouvernement « d'admettre qu'il a fait une erreur » et a préconisé l'organisation « d'états généraux du financement de la création culturelle ». Le PS organisera « après l'été des états généraux de la Culture » pour « faire des propositions alternatives ». Le Parti communiste a dénoncé « l'acharnement » de Christine Albanel à « vouloir faire passer une loi inutile, dangereuse et inapplicable ». HÉLÈNE FONTANAUD

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :