230 millions d'aides programmées

 |   |  336  mots
Bruxelles refusait obstinément de laisser la France subventionner les dépenses de carburant de ses marins pêcheurs. Michel Barnier a donc trouvé un terrain d'entente. La Commission a accepté en octobre d'avaliser un plan de sauvetage et de restructuration fondé sur des subventions permettant de réduire la consommation de carburant des navires. L'État y consacrera 230 millions d'euros sur deux ans. Une sorte de prime à la casse est prévue pour les chalutiers trop gourmands. Par exemple, la Coopérative Vendéenne a obtenu une indemnisation de 750.000 euros pour les bateaux dont elle va se séparer. 120 entreprises de pêche ont déposé un dossier pour en profiter. L'État devrait débloquer 47 millions d'euros pour financer ces sorties de flotte.D'autres aides sont prévues pour moderniser la flotte existante. Elles peuvent aller jusqu'à 70 % de l'investissement pour les sennes danoises. Mais, pour le moment, Bruxelles exige que seuls les bateaux âgés de plus de cinq ans puissent profiter de cette manne. « Il n'est pas exclu que l'on puisse assouplir ces conditions d'aide. La question est posée à la Commission », affirme à « La Tribune » Michel Barnier. En attendant de toucher ces aides et pour maintenir la trésorerie nécessaire à la réparation des autres chalutiers, les coopératives se tournent vers le Crédit Maritime, l'un des seuls organismes financiers qui acceptent encore de prêter de l'argent aux entreprises de pêche. Depuis juillet 2005, les prêts bonifiés par l'État sont interdits par Bruxelles et la banque coopérative doit étudier plus finement chaque projet. Pour Michel Rideau, directeur du Crédit Maritime, « lorsque l'on finance un projet, il est très difficile d'avoir de la visibilité. Alors même que l'entreprise subit des aléas imprévisibles comme la récente flambée du prix du gazole et que son activité est perturbée par les quotas », explique-t-il avant de conclure?: « Actuellement nous sommes anormalement exposés aux risques. » texte d'exergue habillé et appliquer surlignage exergue colfine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :