Séduction française

En dépit des polémiques récurrentes sur la perte de compétitivité de l'économie française, la terre de France demeure année après année une des destinations les plus prisées au monde pour les investissements. Plus de 100 milliards d'euros sont venus des quatre coins de la planète l'an dernier pour s'investir dans des projets nouveaux ou existants. Preuve s'il en était besoin que les débats sans fin sur le déclin de notre pays ne semblent ni intéresser, ni impressionner et encore moins influer sur les choix des investisseurs étrangers. Les atouts français - main-d'oeuvre qualifiée, infrastructures, qualité de vie, situation géographique - ne changent pas fondamentalement d'une année sur l'autre. Et les raisons de désamour - fiscalité lourde, environnement légal et réglementaire mouvant, coût du travail - non plus. Même si chaque gouvernement - l'actuel ne fait pas exception - met un point d'honneur à promouvoir l'attractivité du territoire national. Du coup, les investisseurs sont en terrain connu au moment de prendre leur décision. On peut même considérer comme remarquable que, dans une année aussi troublée que 2007, la France ait maintenu sa position de troisième terre d'accueil pour les investissements avec un record en volume et malgré une légère érosion du nombre de projets financés. Tout aussi remarquable est l'apparition, aux côtés des habitués du site France que sont traditionnellement les Américains et les Européens, d'investisseurs venant d'horizons nouveaux. Dans son bilan annuel, l'Agence française pour les investissements internationaux relève ainsi la présence grandissante d'investisseurs asiatiques comptables l'an passé de plus de 13 % de l'ensemble des emplois créés ou préservés grâce à des capitaux étrangers. Un phénomène qui est probablement appelé à prendre de l'ampleur dans les années à venir en raison de la montée en puissance des économies dynamiques et de la propension croissante de leurs entreprises à s'aventurer hors de leurs marchés nationaux. Pour un vignoble bordelais racheté par des capitaux chinois à grand renfort de publicité médiatique, combien de discrètes PME ont suivi le même chemin en 2007 ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.