L'usine de Rennes, premier employeur breton

 |  | 356 mots
Premier employeur de Bretagne avec 11.700 personnes, le site Citroën de Rennes se veut un modèle pour l'organisation de la production, les relations avec les fournisseurs de proximité et le partenariat avec les autres industries de la région. Pionnier de l'application du plan Mercure en 1983 pour améliorer la qualité et la productivité en repensant de fond en comble la logistique et la participation des opérateurs, Rennes a toutefois connu bien des vicissitudes. Très fier de produire le haut de gamme de la marque, le site a été frappé de plein fouet par les problèmes de fiabilité qui ont affecté la XM, lancée en 1989. Les cadences, prévues pour 450 XM par jour, ont rapidement chuté. Elle tournent autour de 60 aujourd'hui. Du coup, la grogne s'est installée chez les fournisseurs venus s'installer à proximité pour fournir le site en « juste-à-temps synchrone ». Heureusement, l'arrivée de la Xantia en 1993 a regonflé quelque peu leur moral. Mais la morosité du marché, peu favorable aux voitures de gamme moyenne et haute, la spécialité de Rennes, affecte durement le site. Outre la XM, les cadences sont aujourd'hui d'un peu plus de 600 Xantia par jour sur des capacités installées de 1.100. Pour pallier la sous-production, Rennes monte des ZX depuis 1995 (515 par jour aujourd'hui). Mais la conjoncture n'empêche pas le site d'améliorer sérieusement sa productivité. Après l'application du plan Mercure, « on a pris conscience en 1992 qu'il restait, d'ici à l'an 2000 et à l'ouverture du marché européen aux voitures japonaises, un chemin à parcourir équivalent à celui des dix années écoulées. Il ne s'agissait plus cette fois de nouvelles méthodologies mais de pallier les déperditions dans l'application de ces méthodologies », explique- t-on à Rennes. D'où le nouveau projet Antares de 1993, notamment destiné à motiver les hommes. Résultat : sur les cinq premiers mois de l'année, 6.700 suggestions de la base ont été émises dans les ateliers d'assemblage, soit 300 par mois pour 1.000 personnes, et l'absentéisme est tombé à moins de 3 %, contre 4,5 % il y a cinq ans. Le premier site de Citroën est prêt pour la reprise. Quand ? A.-G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :