Vingt ans de politique de la ville

 |  | 417 mots
Où trouver les repères de la politique de la ville ? Dans les statistiques, les textes législatifs, et dans le rappel des principaux faits de société qui ont émaillé les vingt dernières années. C'est en effet en 1977 qu'est lancée la commission interministérielle Habitat-Vie sociale en faveur des quartiers et des HLM, par le secrétaire d'Etat au Logement de l'époque, Jacques Barrot ; et ce sont deux décennies qui ont vu le chômage plus que tripler, frappant plus durement encore les quartiers en difficultés. LES INCIDENTS 1978 : premières violences dans les cités. 1981 : explosions dans la banlieue lyonnaise (Vaulx-en-Velin, Villeurbanne...). 1990 : nouvelles explosions (Vaulx-en-Velin, Val-Fourré en région parisienne). 1991 : émeutes à Sartrouville et à Mantes-la-Jolie. 1995 : incidents graves qui touchent de nombreuses villes du pays, petites comme Laval ou grandes comme Strasbourg. LES QUARTIERS PRIORITAIRES 1981 : vingt-deux quartiers sont classés îlots sensibles. 1989 : le Xe Plan fait état de 546 quartiers inscrits en DSQ (développement social des quartiers). 1994 : le XIe Plan en cours en identifie 1.300 dans les contrats de ville, qui bénéficient entre autres des crédits du budget ville et de différents ministères, certains (546) étant catalogués en zones urbaines sensibles (elles bénéficient en plus de mesures fiscales dérogatoires. 1995 : la loi d'orientation sur l'aménagement du territoire crée les zones de redynamisation urbaine (ZRU), avec des mesures fiscales. Elle a également défini des sites dénommés GPU ou grands projets urbains (douze). Le PNIU (programme national d'intervention urbaine) est le dernier-né ou en attente de l'être. Il devrait concerner une vingtaine de quartiers considérés comme de véritables zones franches. LES BUDGETS Il est difficile d'évaluer globalement l'effort financier de l'Etat en faveur des villes, mais sa progression est manifestement exponentielle : 1989 : un peu plus de 1 milliard de francs. 1996 : d'après le collectif budgétaire, il atteint 8,8 milliards (RMI non compris). LES MINISTRES Décembre 1991 : Michel Delebarre, ministre d'Etat chargé de la Ville. Avril 1992 : Bernard Tapie, ministre de la Ville. Juin 1992 : François Loncle, secrétaire d'Etat, rattaché au Premier ministre. Décembre 1992 : retour de Bernard Tapie comme ministre de la Ville. Avril 1993 : Simone Veil, ministre d'Etat chargé des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville. Mai 1995 : pas de ministre en titre de la Ville mais le dossier revient à Eric Raoult, ministre de l'Intégration et de la Lutte contre l'exclusion. Novembre 1995 : Jean-Claude Gaudin, ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ville et de l'Intégration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :