Téléphonie mobile + France Télécom enterre la hache de guerre avec les SCS

2 mn

Le conflit entre Itineris (France Télécom) et les sociétés de commercialisation et de services (SCS) est en passe d'être réglé. Selon le responsable d'une SCS, un compromis aurait ainsi été trouvé et devrait être signé par les différentes parties prenantes dans les jours qui viennent. Depuis le lancement de sa nouvelle offre grand public baptisée Ola début juin, Itineris est en effet confronté à une fronde des sociétés de commercialisation et de services contre les modalités de commercialisation et de gestion de cette nouvelle offre (La Tribune du 10 juin). Le réseau de téléphonie mobile de France Télécom cherche en effet à imposer une marque unique (Ola) dans la téléphonie mobile grand public ; de la même façon qu'il a déjà pu le faire avec Tatoo, son service de radiomessagerie. Pour ce faire, Itineris a donc changé son mode de commercialisation et a souhaité s'affranchir des dispositions de la convention signée en 1992 avec les SCS. Ce texte permet aux SCS d'acheter en gros les tarifs et les abonnements auprès des opérateurs de téléphonie mobile (Itineris et SFR) et de les revendre, à travers différents réseaux de distribution (boutiques spécialisées, hypermarchés, grandes surfaces spécialisées...) en introduisant les modifications qu'elles souhaitent. Ce système permettait aux SCS de gérer en direct les abonnés mais les obligeait aussi à supporter le coût financier de l'acquisition des nouveaux clients, estimés à environ 1.500 francs par abonnéPour Itineris, cette convention et la liberté offerte aux SCS de modifier librement les tarifs ne pouvaient donc pas s'appliquer dans le cadre de l'offre Ola. De plus, le « package » Ola, qui intègre un téléphone, un tarif et une durée déterminée de communication, est distribué en dépôt-vente, ce qui permet à France Télécom de maîtriser l'approvisionnement de la distribution et la gestion des abonnés. Pour mettre fin à l'affrontement, France Télécom a donc proposé aux SCS de récupérer progressivement la gestion du parc d'abonnés. Mais les sociétés de commercialisation et de services ne pourront modifier l'offre Ola qu'à la marge. Enfin, France Télécom devrait prendre à son compte le coût d'acquisition des nouveaux clients. Un accord qui met fin - au moins provisoirement - à la brouille avec l'opérateur public. Mais, Itineris, SFR et les SCS ne pourront pas éviter de remettre à plat leurs relations et modifier en profondeur le contenu de la convention de 1992. Si les opérateurs de téléphonie mobile souhaitent reprendre la main et contrôler la distribution de leur réseau, les SCS semblent aujourd'hui vouloir se transformer en opérateurs de services, achetant en gros des minutes de communications auprès des réseaux mobiles et les revendant ensuite en s'affranchissant de toute référence à Itineris ou SFR. Thierry Gadault

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.