Québécor finalise la reprise de Cino Del Duca

1 mn

Après avoir racheté les deux premières imprimeries françaises de labeur - Jean Didier en 1995 et Jacques Lopès début 1996 - le géant canadien Québécor continue de faire son marché dans l'Hexagone. Vendredi, le tribunal de commerce de Blois a avalisé sans surprise le plan de reprise de l'imprimerie Cino Del Duca présenté par Pierre-Karl Péladeau, le PDG de Québécor Europe. Mardi, Québécor avait par ailleurs annoncé le rachat aux enchères des actifs de la société L'Alsace Imprimerie (3 rotatives) pour 21,5 millions de francs. Seul candidat en lice pour Cino Del Duca, Québécor avait conditionné son offre de 27,5 millions de francs à un plan social prévoyant le licenciement de 66 des 272 salariés de l'imprimerie blésoise, placée en redressement judiciaire le 18 mars. Le groupe canadien a aussi obtenu de Bercy le maintien de l'exonération de la taxe professionnelle accordée à toute imprimerie réalisant plus de 85 % de son activité dans la fabrication de journaux et périodiques. Cino Del Duca, qui réalise encore un chiffre d'affaires de 150 millions de francs, imprime no- tamment les magazines « Télé-Poche », « Nous Deux » et « Auto-Plus » du britannique Emap. Deuxième imprimeur du continent américain, Québécor possédait déjà en France 18 sites employant 2.500 personnes. Le groupe, qui réalise un chiffre d'affaires supérieur à 3 milliards de francs en Europe avec ses imprimeries britanniques, s'apprête par ailleurs à finaliser une acquisition en Espagne. J.-C. F.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.