Le patron de GEC dévoile sa stratégie mardi devant la City

George Simpson, nouveau patron de GEC (90 milliards de francs de chiffre d'affaires) qui a succédé à Lord Weinstock, dévoile sa stratégie mardi devant les analystes de la City. Selon le Financial Times, il devrait miser sur la grande filiale d'électronique militaire et professionnelle GEC Marconi. Elle pourrait reprendre des activités de son compatriote Racal (s'il est vendu par appartement). Elle est candidate au rachat de l'électronique de défense de Siemens qui pourrait en retour acheter les 60 % de GEC dans leur alliance GPT dans les télécommunications. Marié à Thomson CSF dans les sonars et les radars, GEC Marconi - également allié à Matra dans le spatial - souhaite participer à l'éventuelle privatisation de CSF. A moins que GEC n'épouse British Aerospace. L'électronicien britannique veut aussi se développer aux Etats-Unis et y trouver un allié. Georges Simpson pourrait plaider pour un démantèlement, voire une mise en bourse de GEC Alsthom, sa filiale à 50-50 avec Alcatel, leader de la construction ferroviaire (les TGV), navale Chantiers de l'Atlantique) et énergétique. n

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.