Sextant veut tirer profit des restructurations

Airbus Industrie va devenir une vraie société intégrée, Dassault va fusionner avec Aerospatiale, Thomson va être vendu, et qui s'en réjouit ? Les grands équipementiers aéronautiques français et européens, Sextant Avionique en tête. Filiale à 66 % de Thomson-CSF et à 34 % d'Aerospatiale, Sextant est, selon son PDG, Jean-Robert Martin, « au coeur des actuelles restructurations » que les pouvoirs publics français ont lancé dans l'industrie de l'aéronautique et de l'armement. Non seulement par son actionnariat ais aussi par ses clients. Les deux tiers de son chiffre d'affaires, qui atteint 4,9 milliards de francs (avec 6.200 salariés), sont ainsi réalisés avec Airbus Industrie via Aerospatiale ou avec Dassault Aviation pour ses avions de combat et d'affaires. La création d'ensembles renforcés de type Airbus ou Aerospatiale-Dassault pourrait inquiéter les équipementiers comme Sextant, Sagem, la Sfim... Les plus grands s'en réjouissent... En fait, les plus grands s'en réjouissent. « Nous allons pouvoir traiter avec les grands maîtres d'oeuvre ainsi créés en nous présentant comme des fournisseurs de systèmes globaux », explique Jean-Robert Martin. Sextant Avionique ne se prsentera plus comme simple fournisseur de système de visée ou de calculateur, mais proposera aux avionneurs un cockpit complet. Quitte à acheter une radio à l'américain Allied Signal-Bendix, un équipement à Intertechnique ou des vérins au français Aviac. Mais, une fois intégrée, la future société Airbus pourrait en profiter pour exercer une pression sur les prix, à l'image ce qui se pratique déjà dans l'aéronautique mondiale et a fortiori dans l'automobile. « Pourquoi pas, si cela s'accompagne de fournitures globales et d'un partenariat à long terme », rétorque le PDG de Sextant Avionique. Ce dernier appelle donc de ses voeux la réforme lancée concrètement hier par les quatre actionnaires d'Airbus Industrie, Aerospatiale, Dasa, BAe et Casa. En fait, le numéro un français - voire européen - des équipements aéronautiques, fruit de la restructuration du secteur intervenu en France il y a déjà quelques années, rêve de reproduire chez les futures entreprises Airbus ou Aerospatiale-Dassault ce qu'elle vient d'emporter de manière exemplaire outre-Atlantique. Sextant vient en effet d'être sélectionné par le canadien Bombardier, quatrième avionneur civil mondial, pour fournir toute l'avionique de deux nouveaux avions : le Dash 8 et le Global Express à très long rayon d'action. Avec chacun de ces deux appareils, la firme française peut espérer des chiffres d'affaires de 3 à 5 milliards de francs répartis sur des périodes de dix à quinze ans. Elle fait ainsi découvrir aux compagnies aériennes mondiales et aux avionneurs d'outre-Atlantique ses compétences face aux géants du secteur, les américains Rockwell-Collins et Honeywell. Par ricochet, Airbus Industrie profitera de l'expérience acquise par Sextant Avionique auprès de Bombardier. O. P.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.