La chute du marché allemand inquiète les industriels français

Où s'arrêtera la chute du marché allemand de matériel BTP ? A l'aube de 1996, une question qui hante bien des constructeurs français qui voient là leur principal débouché à l'exportation se réduire comme une peau de chagrin. « N'oublions pas que les Français réalisent 70 % de leur chiffre d'affaires à l'export, dont 45 % sur la seule Allemagne, qui représente elle-même 35 % à 40 % du marché européen », souligne Georges Peloux, secrétaire général du MTPS, principal syndicat de la profession. Après les années fastes de la réunification, marquées par la reconstruction en ex-RDA, depuis 1994, le marché allemand ne cesse de se dégrader. Globalement, une baisse de 15 % est attendue pour l'an dernier. Sur les onze premiers mois de 1995, les ventes de chargeuses-pelleteuses en Allemagne ont par exemple reculé de 17 %, celles de pelles hydrauliques sur pneus de 20 %. Des prévisions peu enthousiasmantes « Le retournement de cycle est entamé et pour certains produits parfois plus brusquement que prévu. Il faudra bien attendre deux ou trois ans pour voir s'assainir ce marché », estime le secrétaire général du syndicat. Parfaite illustration des déconvenues déjà subies par certains français outre-Rhin, Potain. Le fabricant de grues, filiale de Legris Industries, a récemment mis en place un plan de restructuration pour tenter de remettre à flots ses activités allemandes, victimes l'an dernier d'une baisse de marché d'environ... 50 %. Potain, qui réalisait la moitié de ses ventes en Allemagne, s'apprête ainsi à supprimer 300 emplois, dont 230 en France. Son PDG, Alain Courau, a par ailleurs quitté l'entreprise, cédant dans la foulée la présidence du MTPS à Jean Guignabodet (société SFBK). Selon Georges Peloux, le marché allemand devrait continuer de chuter de 30 % pendant les deux prochaines années, chute qui, selon lui, « ne sera pas forcément compensée par la progression des marchés du sud de l'Europe ». D'autant plus que la guerre des prix continue de faire rage. Des produits en provenance d'Asie du Sud-Est, notamment de Corée, affluent sur le marché. D'où une plainte antidumping déposée en avril à Bruxelles, concernant les pelles hydrauliques. Dopés par les dévaluations de leurs monnaies, les constructeurs italiens et britanniques s'avèrent en outre particulièrement compétitifs, « avec des gains de part de marché et ce, même si les français, mais aussi les allemands, ont aujourd'hui considérablement abaissé leurs coûts », poursuit-il. Les fabricants français sont d'autant plus inquiets de l'évolution de leurs exportations que les prévisions hexagonales s'avèrent peu enthousiasmantes. Après avoir progressé d'environ 20 % cette année, les ventes en France devraient afficher une hausse « comprise entre 0 % et 5 % » en 1996. Le marché du BTP reste déprimé et, selon le MTPS, les investissements des collectivités locales s'annoncent bien moins importantes que prévues. Les industriels attendent maintenant de savoir si le renouvellement de matériels qui a tiré le marché français en 1994 et 1995 continuera de compenser le manque de travaux qui ralentit les ventes. Jean-Pierre Gratien

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.