Boissons sans alcool : l'été de toutes les innovations

COMME POUR LES GLACES, le printemps et l'été sont l'occasion pour les industriels de la boisson, secteur en croissance, de présenter leurs dernières nouveautés. L'an dernier, les segments des eaux minérales plates et gazeuses, jus de fruits... ont connu une progression sensible (voir tableau). De fait, les industriels n'hésitent pas à investir massivement dans des lancements à répétition et des promotions. Car, en dépit des restrictions budgétaires qu'ils s'imposent, les Français se soucient de plus en plus de leur santé et de leur forme et recherchent les boissons sans alcool. Et les boissons « énergisantes » (energy drinks, jus de fruits naturels, boissons survitaminées, naturelles, boissons new age, etc.) ont actuellement le vent en poupe. Ce secteur en pleine expansion a vu ses ventes augmenter de 80 % l'an dernier, avec 78 millions de litres vendus pour un chiffre d'affaires de quelque 2,4 milliards de francs. Les grands groupes de spiritueux ont été pris à contre-pied par ces boissons destinées d'abord aux jeunes qui sont produites par de nouveaux venus, comme la société autrichienne Red Bull avec Dynamite. Les industriels veulent débanaliser le lait Le secteur des jus de fruits n'est pas en reste, et notamment celui des jus de fruits réfrigérés (100 % jus de fruits légèrement pasteurisé avec une date limite de conservation de trois ou quatre semaines). Avec 12 à 13 litres par tête d'habitant, la France a du retard par rapport au numéro un, l'Allemagne (40 litres/habitant), et à la consommation moyenne européenne (20 litres). Et pour séduire les consommateurs, les jus de fruits s'enrichissent de vitamines ou jouent les bi-parfum. Quant aux boissons « new age », elles passent à la vitesse supérieure avec le développement des thés glacés, créneau sur lequel tous les grands Coca (Nestea), Schweppes (Oasis au thé), Pepsico (Radical fruit), Mc Cain (Colorado) sont présents. Quant à Perrier, filiale de Nestlé, il a engagé la commercialisation d'une nouvelle boisson baptisée « Fu », la première déclinaison de la marque Perrier. Composée à 89 % d'eau gazeuse Perrier et à 11 % d'éléments sucrés et aromatiques, cette boisson - qui n'est pas un cola comme on pourrait le croire en raison de sa couleur - vise la tranche des 15-30 ans. Enfin le rayon lait n'est pas oublié. Chaque Français consomme 78 litres de lait par an, deux fois moins par exemple que les Irlandais, plus gros buveurs européens. Afin de rendre moins « banal » ce marché, qui n'arrive pas à décoller (+ 1 % en volume à 2,5 milliards de litres et + 0,6 % en valeur à 10 milliards de francs), les industriels cherchent à multiplier les occasions de le consommer. Lait aromatisé (pour les adolescents), lait enrichis en vitamines (pour les enfants) et allégés (souci de la forme chez la femme et de plus en plus chez l'homme). Dernière innovation : les boissons lactées rafraîchissantes au jus de fruit (Nacta Fruit chez Gervais, Viva Fruit pour Candia ou Drinky pour Lactel), qui aux notions de santé et de naturel ajoutent celles du plaisir. Seul problème, le caractère festif du produit est lié dans l'esprit du consommateur à la période d'été. N. T.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.