Mecaplast part à la conquête de l'Asie

3 mn

RENAULT, Toyota, Chrysler, Daewoo, Volvo, Mercedes et bien d'autres font appel à Mecaplast, cet équipementier monégasque spécialisé dans les pièces et mécanismes en matières plastiques injectées de haute technologie. Et si le siège social ainsi qu'une unité de production demeurent installés dans 11.000 mètres carrés d'un immeuble industriel du quartier de Fontvieille en principauté, aujourd'hui l'essentiel de sa production est réalisée dans ses nombreuses filiales en Europe, aux Etats-Unis, en Argentine, en Turquie en Corée et demain en Chine. « Il s'agit d'être au plus près des grands constructeurs », précise Charles Manni, PDG fondateur de Mecaplast. Sacré parcours depuis que l'entreprise a débuté en 1955 dans une modeste cave en plein coeur de Monaco. Les pièces plastiques étaient alors réalisées avec des presses à main ! Dix ans plus tard, la firme s'enage dans la réalisation de pièces plastiques destinées à l'automobile. De l'unité de Monaco sortent alors enjoliveurs de roues, systèmes de réglage de sièges, aérateurs, consoles et calandres destinées aux chaînes de production de Renault et de Peugeot. Au cours des dernières années, le nombre des constructeurs va progressivement augmenter pour dépasser quinze aujourd'hui. Dans le même temps, la firme s'internationalise avec l'ouverture d'une vingtaine de filiales en Europe, en Amérique et en Asie. Sur les 2.000 salariés du groupe, 450 seulement travaillent à Monaco. Elle élargit aussi sa gamme de produits. « Nous sommes passés de la réalisation de pièces simples à la fonction complète prête à être livrée sur chaîne », témoigne ce cadre de Mecaplast. L'ensemble des sites de production a obtenu la classification qualité A de Renault complétant les difficiles certifications Q1 de Ford, A-B de Mercedes, et QSP 0608 de Bosch. L'entreprise consacre près de 6,5 % du chiffre d'affaires à la recherche et ses bureaux d'études emploient 157 ingénieurs et techniciens. Pionnier des pièces moteur en plastique En 1988, Mecaplast réalise les premiers systèmes de filtration d'air et un couvre-culasse en plastique pour Citroën, une première mondiale. Elle a été la première à utiliser la technologie du noyau fusible pour concevoir les moules de pièces plastiques aux formes complexes. « Cela nous a permis d'introduire le plastique dans des domaines qui lui étaient jusqu'alors refusés. » Désormais, Mecaplast couvre l'ensemble des pièces et mécanismes faisant appel aux matières plastiques (habillages intérieurs des véhicules, mécanismes d'ouverture des portes, cartérisation, couvre-culasse, système d'admission air-essence, filtration, pièces sous capot moteur...). Internationalisation de l'activité, productivité accrue et innovation sont les recettes du succès de Mecaplast sur un marché très concurrentiel. La firme s'apprête à commercialiser un système compact d'admission d'air intégrant son savoir-faire technologique. « Nous avons regroupé dans un bloc toute la fonction jusqu'ici dispersée en plusieurs pièces. » Il y a un an, l'acquisition de l'unité de production de Silac-Chaigneaud, spécialisée dans l'habillage intérieur plastique de véhicule, lui a permis de compléter sa gamme de produit. La firme monégasque participe en outre aux programmes européens de recherche destinés à réduire les polluants et à améliorer l'acoustique intérieure et extérieure des véhicules automobiles. MICHEL BOVAS

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.