« Aujourd'hui » part à la chasse aux lecteurs d'« InfoMatin »

C'est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Le groupe Amaury, qui n'a pas ménagé ses efforts pour contrer l'offensive d'« InfoMatin » sur les terres du « Parisien », va tenter de tirer profit de l'échec de son jeune concurrent (lire ci-contre). En dopant la formule d'« Aujourd'hui », édition nationale du « Parisien » conçue dès l'origine comme une machine de guerre anti-« InfoMatin » (le premier numéro avait été lancé cinq jours avant la naissance du nouveau venu). Vendu 3,70 francs, soit un franc de moins que « le Parisien », « Aujourd'hui » inaugure en effet ce 8 janvier une nouvelle formule destinée à renforcer son identité nationale par rapport au grand régional de l'Ile-de-France. L'actualité en « une » sera systématiquement « nationalisée », alors que « le Parisien » devrait accomplir le chemin inverse avec un logo prochainement départementalisé. « Aujourd'hui », qui dispose désormais d'une équipe rédactionnelle spécifique animée par Patrick Blain, va, par ailleurs, s'enrichir d'une page « France », d'un cahier spécial pour les turfistes, d'une rubrique de petites annonces immobilières et d'une page jeux supplémentaire. « Le Parisien » annonce parallèlement une progression de sa diffusion de l'ordre de 4,5 % pour 1995, à 445.000 exemplaires, dont 89.000 à mettre au compte d'« Aujourd'hui ». Son directeur général, Fabrice Nora, pense pouvoir raisonnablement récupérer « 3.000 à 5.000 lecteurs » laissés orphelins par la disparition d'« InfoMatin ». Nul doute que « Libération », qui en a bien besoin, mise aussi sur un certain report. Mais l'expérience a montré que les lecteurs perdus l'étaient souvent pour tout le monde. J. C. F.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.