L'aéroport de Nice, enjeu de la concurrence

1 mn

L'aéroport de Nice-Côte d'Azur, qui a franchi le cap des 6 millions de passagers par an, va donner le coup d'envoi à la nouvelle phase de la libéralisation du ciel français, grâce à l'arrivée d'Air Liberté, qui annoncera aujourd'hui l'ouverture de liaisons vers Paris-Orly. Deuxième plate-forme aéroportuaire française, Nice a toujours suscité les convoitises, la ligne avec Paris (Orly et Roissy CDG) étant la première liaison intérieure en termes de passagers, et la deuxième en Europe derrière Paris-Londres. Le monopole d'Air France et d'Air Inter est déjà battu en brèche depuis plusieurs années par AOM, filiale du Crédit Lyonnais, mais celle-ci a observé jusqu'alors une prudente réserve sur la concurrence des prix, proposant des billets au même prix qu'Air Inter pour des prestations supérieures. Avec l'arrivée d'Air Liberté, qui aime pratiquer des « coups » commerciaux, elle pourrait être confrontée pour la première fois à une guerre des tarifs. Une autre compagnie privée, TAT, filiale de British Airways, qui possède également les droits sur Paris, demeure dans l'expectative. TAT indique seulement qu'elle « développera en 1996 son réseau domestique ». Air Liberté va également mettre en place au départ de Nice des « transversales » vers Bordeaux, Toulouse, Lille et Strasbourg. L'aéroport de Nice-Côte d'Azur (4.400 emplois), qui accueille déjà quarante-trois compagnies régulières, génère directement un chiffre d'affaires de 2 milliards de francs et indirectement 7 milliards.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.