Le centre de recherche Porsolt and Partners change de dimension

 |  | 558 mots
Lecture 3 min.
C'est à un changementde dimension notable que se prépare Porsolt and Partners. Cette société mayennaise de recherches spécialisée en pharmacologie préclinique va en effet se doter d'un nouveau laboratoire.L'infrastructure actuelle, installée au Genest-Saint-Isle, à l'ouest de Laval, s'étale sur 2.500 m2 et accueille 53 salariés. Le nouveau centre de recherches aura une superficie de 6.000 m2 et s'inscrira dans un site qui fera au total 8 hectares. L'investissement s'élève à 3,5 millions d'euros. 220.000 euros sont apportés par la région des Pays de la Loire, contre l'engagement d'embaucher 22 nouveaux salariés.En outre, l'entreprise va recevoir des dédommagements de la part de Réseau Ferré de France. Elle a en effet été obligée de se trouver un nouveau site, la future ligne à grande vitesse Paris-Rennes passant à proximité de l'actuel laboratoire (le TGV Ouest emprunte aujourd'hui la voie classique à partir du Mans). " Les vibrations et les perturbations électroniques peuvent déranger nos mesures ", explique Roger Porsolt. Le métier de Porsolt and Partners exige une précision extrême. " Nous étudions l'efficacité et la sécurité des substances précliniques ", précise le PDG.TOURNE VERS L'INTERNATIONALLes principaux clients viennent de l'industrie pharmaceutique privée, comme Pfizer, GlaxoSmithKline ou Sanofi Aventis. " Pour autant, précise Roger Porsolt, notre plus gros client ne pèse pas plus de 10 % de notre chiffre d'affaires. " En 2006, ce dernier s'est élevé à près de 8 millions d'euros. 85 % du chiffre d'affaires ont été réalisés à l'international l'an dernier. " C'est une volonté de ma part, explique le dirigeant. Il n'y aurait pas eu assez de firmes en France pour soutenir notre croissance. " Conséquence, l'entreprise prospecte beaucoup à l'étranger, avec ses scientifiques dans le rôle de commerciaux.Porsolt and Partners reste par ailleurs très attaché à la région lavalloise. Le personnel, aux yeux du PDG, représente le véritable capital de l'entreprise. " Il y a eu quelques velléités de déménagement à Lyon, mais les salariés ne voulaient pas bouger. Nous avons donc maintenu le siège près de Laval. " Preuve de l'importance qu'il accorde au capital humain, Roger Porsolt a mis en place un système de participation aux fruits de l'entreprise. " 22,5 % des bénéfices avant impôt sont distribués au personnel. " Un LMBO (leverage management buy-out) a également permis l'entrée dans le capital des cadres en 2003.La construction du nouveau laboratoire débutera l'an prochain et devrait durer un an. De quoi soutenir la croissance importante de la société. Si Roger Porsolt voit l'avenir sereinement, il souhaite néanmoins conserver une structure petite qui fait la différence avec l'industrie pharmaceutique. " Cela nous permet de conserver de la flexibilité et de la souplesse. " Deux éléments primordiaux qui contribuent à la réputation d'excellence scientifique de Porsolt and Partners.Les points forts de la société- L'entreprise conserve la flexibilité et la souplesse que n'ont plus forcément de grosses structures comme les laboratoires pharmaceutiques.- 5 % du chiffre d'affaires est investi dans la R&D pour améliorer les méthodologies,qui seront ensuite vendues.- 85 % de l'activité sont réalisésà l'international, avec des scientifiques commerciaux.Les dirigeants capitalisentsur l'expérience des salariés,par un système de participation aux bénéfices. Les cadres sont actionnaires à hauteur de 36 %, depuis le LMBO mené en 2003.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :