Valgo transforme en programmes immobiliers les sites dégradés

Valgo se fait fort de travailler à l'amélioration de l'environnement tout en gagnant de l'argent. Et, de fait, ses performances sont des plus encourageantes. L'augmentation galopante de son chiffre d'affaires (+ 47 % en 2005, + 71 % en 2006 et + 25 % en 2007) ainsi que l'accroissement de ses effectifs (+ 350 % en deux ans !) attestent du dynamisme de Valgo, fondée en 1999 par François Bouché et Xavier Azalbert.Basée à Toulouse, la société propose aux propriétaires de sites dégradés - industriels en cessation d'activité, collectivités territoriales et promoteurs - une solution globale " clés en main ". Son savoir-faire repose sur trois expertises complémentaires : les travaux de déconstruction, la dépollution et le développement économique. La société est en effet présente sur toute la chaîne : non seulement elle réhabilite ces sites à haut risque, mais étudie leur reconversion, pilote le projet et organise même sa vente. Elle est, en somme, l'intermédiaire entre le propriétaire de sites pollués et l'acheteur final, qu'il soit public ou privé.PREMIERE MONDIALELa PME a été sous les feux de la rampe en réalisant une première mondiale sur le site de l'usine AZF à Toulouse : elle a démoli la cheminée sans faire usage d'explosifs. " Après notre intervention, les friches industrielles, souvent situées dans des zones urbaines à fort potentiel de développement, connaissent une nouvelle vie : logements, bureaux, complexes de loisirs, espaces verts ou installations sportives ", affirme Xavier Azalbert, président de Valgo. Un marché d'avenir au regard de la pénurie de logements et de terrains qui fait flamber les prix du foncier, contraignant particuliers et entreprises à s'éloigner des centres-villes. " En intégrant des prestations d'ingénierie juridique et financière à tous nos projets, nous optimisons la valeur patrimoniale d'un site ", souligne le responsable de la société. Celle-ci devrait réaliser 30 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007 (après 24 millions en 2006 et 14 millions en 2005) grâce à ses onze agences réparties en France métropolitaine et dans les DOM-TOM. C'est d'ailleurs pour mieux poursuivre son développement que l'entreprise, forte de 180 salariés, vient de lever 30 millions d'euros. Ce montant lui a servi, d'une part, à renforcer ses fonds propres et, d'autre part, à amorcer un fonds d'investissement (Forse, fonds pour la remédiation des sols et de l'eau) dans lequel interviennent aussi l'espagnol Allventas et l'anglo-saxon ACP Partners. On retrouve d'ailleurs ces deux fonds d'investissement privés à parts égales dans le tour de table de Valgo, les deux fondateurs restant toutefois majoritaires. Forse se portera désormais acquéreur des sites dégradés à remettre en état, suppléant ainsi Valgo dans ces investissements.Cette organisation permet au groupe de prendre en compte l'ensemble de la problématique en intégrant à la fois " le risque environnemental et le risque foncier ". La PME est certaine de tenir là un modèle original susceptible, de surcroît, d'être exporté. Elle est d'ailleurs intervenue plusieurs fois en tant que prestataire de services pour des investisseurs étrangers. Et ce n'est là qu'un début, assure le groupe.Des réhabilitations souvent complexesValgo a réalisé en 2006 les travauxde désamiantage et de déconstructiondu site de l'Atelier des Roues à Arles,dans les Bouches-du-Rhône. Situés sur 14 hectares au coeur de la ville, ces anciens ateliers ferroviaires, qui ont produit la fameuse Traction de Citroën ainsi que les premières fusées françaises, étaient fermés depuis 1985. Réalisée en partenariat avecle promoteur immobilier Hélios Promotion, cette reconversion en espaces de bureaux (plus de 5.700 m2) a entièrement été pilotée par la société toulousaine qui a livré ce chantier fin 2007. Autre exemplede son savoir-faire : la réhabilitation des anciennes usines Formica (fermées depuis 2004), une friche de 5 hectares situéeau coeur du centre historique de Quillan, dans l'Aude. Sa reconversion en pôle urbain mixte est actuellement en cours : elle comprend une résidence de tourisme(90 logements), une résidence de services destinée aux seniors (38 appartements)et un parc de logements locatifs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.