France Gardiennage veut faire école

 |   |  563  mots
Depuis décembre, le secteur de la surveillance humaine s'est lancé dans une classification complète de ses métiers. Selon France Gardiennage, PME basée à Toulouse, cette évolution devrait professionnaliser le secteur. Avec des catégories de personnel, des coefficients et des grilles de salaires, il pourrait aussi être mieux reconnu et moins souvent considéré comme un petit job d'appoint " en attendant mieux ". Pour France Gardiennage, qui s'apprête à ouvrir une sixième agence sur Brest fin février, c'est l'occasion d'oeuvrer pour devenir une référence nationale sur le marché.Activité récente, le gardiennage consiste à placer des personnels formés aux risques identifiés (incendie, vol, dégradation, malaises, etc.) pour intervenir sur différents sites (entreprises, chantiers, événements, centres commerciaux, etc.) nécessitant une protection des biens et des personnes.Lorsqu'elle a été créée en 2002, la société découlait de la diversification d'activité de sa grande soeur : " Quand nous avons lancé France Télésurveillance en 1997, nous installions des alarmes, des vidéos,des contrôles d'accès. Et nous proposions donc des prestations de télésurveillance, explique Olivier Chidaine, gérant de France Gardiennage. Avec mon associé, nous étions tout juste diplômés d'une école supérieure de commerce, et la sécurité était un secteur émergent. "Dès le début, les jeunes patrons mènent des prospections nationales. " Nous ne voulions pas apparaître comme une société dédiée exclusivement à une clientèle locale. Mais se faire référencer prend du temps. Il nous a fallu être très pugnaces. " Jusqu'en 1999, les jeunes entrepreneurs travaillent de nuit hors de leur société pour... dégager un salaire !Mais, à partir de 2000, leur combativité commence à payer avec une référence importante : McDonald's. " Nous tentions de nous démarquer en mettant l'accent sur la phase d'écoute, poursuit Olivier Chidaine. Nous proposions des solutionssur mesure avec des analyses très complètes. " Très vite, les clientsde la PME la sollicitent aussi pour de la surveillance humaine. Ce qui conduit à la création de France Gardiennage. Comme pour la télésurveillance, les jeunes entrepreneurs souhaitent se démarquer par la qualité de leur service. " L'évolution de la réglementation entraîne des modifications importantes, reconnaît le gérant. Certains métiers, comme chef de sécurité incendie, voient leurs grilles de salaires évoluer de plus de 10 % par an. Il faut convaincre le client de jouer le jeu pour garantir la qualité du métier. Et, avec notre centre de formation interne, nous pouvons proposer à nos salariés d'évoluer vers des fonctions d'encadrement. "FORMATION SECURITE INCENDIECar depuis deux ans France Gardiennage s'est dotée d'un centre de formation interne pour assurer le niveau de base de son personnel, délivrant un certificat (agréé) de qualification professionnelle (CQP) désormais obligatoire pour tous les nouveaux agents de surveillance.La PME dispense aussi d'autres formations, notamment à la sécurité incendie (SSIAP), qui permettent de devenir agent incendie, chef d'équipe et même de site. Avec cette professionnalisation, la société espère recruter des jeunes plus motivés et fidéliser ses salariés en leur proposant des perspectives. Selon Olivier Chidaine, certains commencent enfin à envisager de faire carrière dans la surveillance humaine. Avec 400 salariés, la PME affiche 10 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :