Léa Nature connaît une croissance bien naturelle

 |   |  796  mots
Charles Kloboukoff est en quelque sorte un précurseur : le goût grandissant des Français pour les produits naturels, il le connaît depuis longtemps. Car c'est en 1993 qu'il crée à Paris Léa Nature. Cette société - dont il détient toujours 91 % des parts - conçoit, fabrique et distribue des produits naturels dans trois domaines : la santé, la cosmétique naturelle et biologique, l'alimentation bio. Et son succès ne se dément pas. Que l'on en juge.Lorsque la PME quitte, en 1996, la capitale pour s'installer à Périgny, près de La Rochelle (Charente-Maritime), elle emploie 35 personnes pour un chiffre d'affaires de 7 millions d'euros. En 1999, Léa Nature réalise 18 millions avec 112 salariés. En 2002, avec quelques acquisitions faites au passage, le groupe franchit un cap avec 43 millions d'euros et 250 collaborateurs. Et ainsi de suite.Alors que, en 2006, la société a ajouté un quatrième domaine (le textile avec le coton biologique et équitable), Léa Nature (482 salariés) a réalisé 98 millions d'euros de chiffre d'affaires l'année dernière, dont 50 % dans l'alimentaire. Soit une cinquantaine de millions que Charles Kloboukoff souhaite porter à 150 millions d'ici à 2015.Pour tenir ce cap, le PDG va continuer à utiliser ses recettes à succès : " Nous allons poursuivre notre politique d'innovation avec 40 produits nouveaux par an. Notre catalogue compte aujourd'hui quelque 350 références. " Le groupe souhaite notamment creuser la veine des produits originaux par leur saveur ou leur texture et des produits un peu oubliés ou exotiques. " Le but est de dépoussiérer l'imagedu bio : des produits longs à cuireet peu goûteux. On veut prouverle contraire ! " lance Charles Kloboukoff.CROISSANCE EXTERNECar l'entrepreneur n'oublie pas que, au début des années 90, le marché du bio restait confidentiel, bien qu'il en ait senti les belles perspectives. Plusieurs crises agroalimentaires plus tard (" vache folle ", grippe aviaire, etc.), les produits de Léa Nature ont acquis une forte présence dans les rayons de la grande distribution, où le groupe entend encore se renforcer. Sans pour autantnégliger de nouveaux marchés, comme la restauration hors foyer, ni la montée en puissance d'Internet ou l'importance des magasins spécialisés et les participations aux salons grand public. Des développements qui vont s'accompagner de nouveaux process de fabrication " pour offrir des barquettes et des solutions semi-préparées ".À plus court terme, le patron du groupe veut accentuer sa présence dans des créneaux où il est peu représenté. Ainsi, Léa Nature vient de conclure un accord de partenariat avec le numéro un européen du soja, le belge Alpro. Il va aussi renforcer son pôle biscuiterie et pâtisserie, et développer la gamme des composants de table, comme les sauces et les condiments.Enfin, Charles Kloboukoff n'exclut pas des croissances externes : " Il n'est pas impossible que des opportunités se présentent dans le cadre de notre plan de développement. " Après ses deux acquisitions réalisées en 2000, Léa Nature dispose de trois sites de production, à Périgny, à Fleurance (Gers) pour les plantes en vrac et à Bazens (Lot-et-Garonne) pour les conserves.Un " biopôle " près de La RochelleLéa Nature ouvrira début 2010 un biopôle sur son site de Périgny, près de La Rochelle. L'ensemble comprendra une cafétéria bio d'une capacité de 400 à 500 couverts, un musée pédagogique, un auditorium, un centre de documentation, un supermarché de produits biologiques et régionaux, ainsi que des locaux sociaux pour les collaborateurs. À l'extérieur, les visiteurs pourront s'initier dans le " jardin des simples" aux plantes médicinales et, dans le potager, aux variétés rustiques des légumes actuels ou oubliés. Le musée accessible au grand public, aux scolaires, aux comités d'entreprise, etc., pourra aussi abriter des formations. Le bâtiment d'une surface de 3.500 à 4.000 m2 sera construit aux normes HQE. " Ce sera un bâtiment qui produira sa propre énergie avec du solaire et de l'éolien. Nous retiendrons les solutions les moins énergétivores ", précise Charles Kloboukoff, PDG.Le prix de l'ambitionCe prix national, créé par la Banque Palatine en partenariat avec " La Tribune " et le soutien du groupe HEC, est destiné à valoriser la réussite et les initiatives des dirigeants de PME-PMI sur le plan régional, national et international. Six jurys régionaux ont distingué des lauréats dans trois catégories - croissance, international et reprise - et accordé des " coups de coeur ". Les lauréats de la région Sud-Ouest ont reçu leur trophée hier soir à Bordeaux. Un jury national désignera les trois lauréats nationaux du Prix de l'ambition ainsi que le lauréat du Prix spécial du jury. Ils recevront leur trophée,à Paris, le 10 avril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :