Sopic développe son concept de parcs à thème commerciaux

3 mn

En dépit de ses multiples activités nationales, la société Sopic a su conserver une indépendance certaine, en marge des grands groupes qui officient d'ordinaire dans la promotion et l'investissement immobilier. Créée en 1984 à Tarbes, la PME s'est d'abord développée par le biais d'opérations de logements sur la montagne et le bord de mer. Une stratégie qui explique en partie le maintien de son siège social dans les Hautes-Pyrénées. Rapidement, l'enseigne s'est lancée dans l'immobilier commercial et de loisirs. Elle s'est aussi engagée dans des projets logistiques et de bureau, à l'instar de la plate-forme de 11.000 m2 Kiabi en Arles ou encore l'entrepôt de 22.000 m2 Auchan de Trappes. Il y a dix ans, elle a même réalisé sa première opération à l'international. Sa filiale Ljubljana, en Slovénie, avait alors signé le premier centre commercial français dans ce pays pour l'enseigne Leclerc. Entre-temps, Sopic a décidé de filialiser ses activités par région. Le Nord est créé en 1992, le Sud-Ouest en 2000, avant Paris (2005) et Rhône-Alpes (2006). L'entreprise est restée toutefois à taille humaine. Son capital est privé et fermé. L'ensemble de ses effectifs représente 42 collaborateurs, pour un chiffre d'affaires annuel moyen de 100 millions d'euros depuis 2005.PROCHE DES COLLECTIVITESSes dirigeants misent toutefois sur une progression de 20 % pour 2008 malgré un contexte national peu favorable. " Notre métier a changé ces dernières années, avec l'évolution de la grande distribution et avec le renouvellement urbain des grandes villes, constate Michel Cousin , PDG de Sopic. Nous sommes impliqués dans les orientations politiques des municipalités qui souhaitent redonner un autre visage à leur centre-ville. "C'est dans cet esprit que la PME a inauguré, en 2006, l'emblématique palais des Pyrénées de Pau (lire ci-dessous) puis, en octobre dernier, un nouveau concept ­commercial à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Baptisé Maison Plus, il s'agit du premier parc à thème commercial dédié à l'équipement de la maison. " Nous avons voulu réunir sur un même milieu une offre diversifiée et ­complète autour de cette activité, détailleMichel Cousin. Un ensemble de moyennes surfaces est couplé à une zone artisanale où les loyers sont modérés pour favoriser l'implantation des petits commerces et où une grosse locomotive tire l'ensemble. "Pour Hénin-Beaumont, la locomotive s'appelle Ikea. Autour du géant suédois, une vingtaine d'enseignes nationales se partagent 25.000 m2 de commerces autour du bricolage, de la décoration ou encore de la domotique. Le ­concept séduit : Sopic prépare pour 2010 une deuxième Maison Plus à Reims-Thillois (Marne), toujours avec Ikea, sur une surface de 70.000 m2. De quoi donner des idées à d'autres agglomérations.Un emblématique Palais des PyrénéesLe palais des Pyrénées ne s'est pas fait en un jour. Il a fallu près de dix années de travail et une soixantaine d'actes signés pour le mener à bien. Le concept retenu est celui de la transformation du complexe en un grand centre commercial de 10.000 m2, composé de dix-huit enseignes et de 3.000 m2 de bureaux. Cette réalisation a été accompagnée par la refonte complète du secteur piétonnier de la ville. Elle reste l'une des plus belles références de l'entreprise qui, depuis,a précisé un concept un peu similaire pour les entrées de ville.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.