Le chinois SAIC prend pied en Europe en passant par la Corée

 |   |  212  mots
L'industrie automobile chinoise est déjà présente en Europe. Elle s'y montre même très offensive, indirectement... à travers le sud-coréen Ssangyong, contrôlé à 53 % par SAIC (Shanghai Automotive Industry Corporation), l'un des plus gros producteurs chinois. En attendant l'arrivée de produits " made in China ", Ssangyong devrait vendre " plus de 40.000 véhicules en Europe, Russie comprise, cette année avec un objectif de plus de 55.000 à terme ", explique Jean-François Pardé, président de Ssangyong France. Ses ventes dans l'Union européenne sont en hausse de 50 % en 2006 (27.000 unités sur neuf mois).TARIFS ATTRACTIFS Avec le lancement d'un nouveau modèle d'entrée de gamme, l'Actyon, rustique et original, le constructeur mise sur des tarifs attractifs (2.500 euros de moins qu'un Toyota Rav 4). Ayant produit 140.000 véhicules en 2006 et visant 153.000 ventes en 2007, la marque reste un petit constructeur, présent essentiellement chez lui et sur certains marchés émergents comme l'Asie du Sud-Est ou l'Amérique du Sud.Mais l'accord avec SAIC prévoit " une importation des véhicules Ssangyong début 2007 en Chine, puis une coopération avec des composants communs ". En fait, le coréen fournira un complément de gamme (les 4×4) et une expertise technique à son actionnaire, qui souhaite se lancer dans la production de ses propres véhicules.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :