General Electric revient dans le pétrole et le gaz

 |   |  260  mots
General Electric remet résolument le cap sur le secteur de l'énergie. Le groupe a annoncé lundi le rachat pour 1,9 milliardde dollars (1,45 milliard d'euros) de Vetco Gray, une ancienne entité d'ABB, fournisseur d'équipements destinés à l'industrie pétrolière et gazière. Un secteur où on ne l'attendait pas.Noyée au milieu de ses nombreux autres métiers comme l'électronique médicale, les appareils électroménagers, les locomotives, l'éclairage, la télévision ou la finance, l'activité a adopté un profil bas depuis des années. Pourtant, l'énergie est le coeur historique du géant américain : il a installé sa première turbine à vapeur en 1901. À coups de développements maison et de rachats, le groupe est même devenu numéro un mondial dans les turbines. Avant de l'oublier.TOUTE LA PALETTE DES ENERGIESLe boom du secteur de l'énergie a amené le géant de Fairfield à remettre cette activité au centre de sa stratégie. En 2005, GE avait décidé de mieux " vendre " aux analystes cette branche. Il a divisé son activité énergie, en créant la division Oil & Gas. Depuis, cette dernière a vu son chiffre d'affaires progresser de 25 % à 4,5 milliards de dollars. Avec Vetco, le nouvel ensemble représentera 6,1 milliards de revenus. Les turbines, elles, pèsent 20 milliards. En misant sur toute la palette des énergies (nucléaire, gaz, pétrole, éolien, hydraulique, biomasse), GE montre sa volonté de ne pas en rester là. Mais il lui reste un point faible d'importance : il est toujours absent des centrales à charbon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :