Les Etam de la rue de Rivoli sur le pied de guerre à la veille des soldes

 |   |  274  mots
Les soldes qui débutent demain mercredi 10 janvier ne sont pas une fête pour tous. Jean-François Mura, directeur du magasin Etam de la rue de Rivoli à Paris, le confie tout de go. " C'est un temps fort qui nécessite beaucoup d'organisation ", explique celui qui, depuis cinq ans, dirige le plus grand des magasins de l'enseigne française de prêt-à-porter féminin. L'enjeu est majeur pour ce vaisseau amiral de 3.500 m2. " Nous réalisons 18 % à 20 % de notre chiffre d'affaires en période de soldes ", ajoute-t-il.Depuis le mardi 2 janvier, toute son équipe est sur le pont pour accueillir demain, dès 8 heures, 30 % à 40 % de clients en plus qu'un " bon samedi ". Le personnel a d'abord remisé les mannequins, puis déménagé toute la marchandise du magasin, pour la présenter non plus par style mais par famille. Au risque d'ailleurs de transformer ce magasin porte-drapeau en entrepôt. Peu importe : les clients doivent pouvoir se " repérer immédiatement ". " Les pulls aupremier étage, les manteaux au deuxième. Ce doit être clair ", rappelle Jean-François Mura.MOBILISATION DU PERSONNELPour l'occasion, Etam a augmenté de 30 % ses effectifs. Pendant les premiers jours des soldes, rue de Rivoli, une centaine de personnes travailleront. " Le nombre d'heures travaillées est de 1,5 à 2 fois supérieur auplanning habituel " , résume Jean-François Mura, qui refuse alors toute demande de congés payés. Une mobilisation que le directeur de magasin explique aussi par la saison à venir : " Les soldes sont un très bon moment pour présenter la nouvelle collection. " Un enjeu majeur alors que les ventes de l'automne ont été freinées par un climat d'été indien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :