Marché industriel : un bilan très mitigé

 |   |  370  mots
Le marché de l'électricité et du gaz est ouvert pour les grandes entreprises depuis 1999 et pour les petits professionnels depuis 2004. Pourtant, les tarifs réglementés, fixés par l'État, sont plus que jamais plébiscités par les industriels. Après avoir bénéficié d'une baisse des prix pendant trois ans, ils ont subi une hausse de 75,6 % entre 2001 et 2006. Aujourd'hui, 85 % des industriels continuent de préférer la stabilité du marché réglementé. Mais " 98 % des petits clients (artisans, commerçants) se sont tournés vers les fournisseurs alternatifs ", tempère Philippe Ladoucette, président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). La raison est simple : " Au 1er juillet 2004, le différentiel entre le prix de marché et les tarifs réglementés était très faible ", remarque un fournisseur. Ce qui explique " la profusion d'offres commerciales attractives à cette époque ".TARIF REGLEMENTE TRANSITOIREDepuis, la cadence de ralliement au Marché Libre s'est ralentie. Encore plus ces derniers mois. Et pour cause. Les grandes entreprises sont parvenues à convaincre les parlementaires français de voter, dans le cadre de la loi sur l'énergie de décembre 2006, un dispositif instituant le tarif réglementé transitoire d'ajustement de marché (Tartam). Les industriels ayant souscrit une offre de marché peuvent désormais demander à leur fournisseur de bénéficier du Tartam pendant une durée maximale de deux ans." Cela permet au tarif déréglementé de ne pas être supérieur de 23 % au tarif réglementé ", souligne le cabinet Nus Consulting. Tout en précisant qu'une telle mesure " ne favorise pas l'instauration d'une concurrence souhaitée par les industriels et la Commission européenne ". Sur l'ensemble du marché éligible, la part des fournisseurs alternatifs ne représente encore que 6,4 % des sites pour l'électricité et 7,4 pour le gaz.Aujourd'hui, " c'est un marché de dupes ", estime, un peu amer, un opérateur alternatif qui reconnaît " vendre à perte pour conquérir des clients ". À ce jeu-là, " il y aura de moins en moins d'acteurs ", poursuit un autre. D'autant que les compensations destinées à couvrir le différentiel de prix entre le Tartam et le prix de marché ne seront versées aux fournisseurs alternatifs, au titre de l'exercice 2007, qu'en avril 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :