Dubaï consolide ses liens avec EADS

 |   |  388  mots
La décision était attendue.Depuis que la direction de Dubai International Capital (DIC), le fonds d'investissement de l'émirat, avait indiqué le 18 mai qu'elle se prononcerait dans les prochains mois sur un investissement dans EADS. C'est chose faite depuis hier. Le fonds dubaïote a annoncé hier avoir acheté 3,12 % du capital d'EADS. Un niveau d'une valeur de 614 millions d'euros au cours de clôture de mercredi soir, que DIC n'était pas obligé de communiquer. Le franchissement de seuil qui doit obligatoirement être déclaré est en effet fixé à 5 %.Il s'agit d'un pur investissement financier au regard de la façon de procéder. " Il y a eu plusieurs rencontres avec la direction financière d'EADS et deux visites de sites, soit l'approche d'un d'investisseur institutionnel classique ", explique un observateur. D'ailleurs DIC, qui compte investir dans " 500 grandes en treprises qu'il juge sous-évaluées ", a été très clair : " Nous n'avons pas de projets d'obtenir un siège au conseil d'administration ou de jouer un rôle actif dans EADS ", a-t-il précisé. Le voudraient-ils qu'ils ne le pourraient pas aujourd'hui. Une révision à court terme du pacte entre les actionnaires de référence - Daimler, Lagardère, et l'État français - n'étant pas à l'ordre du jour. Mais c'est un excellent moyen d'être placé le jour où les grands actionnaires privés quitteront le navire." UNE PREUVE DE CONFIANCE "Chez EADS, on se félicitait de ce nouvel actionnaire. " C'est une preuve de confiance ", dit-on. Il est en effet de bon augure pour la commande d'une centaine d'avions long-courriers de moyenne capacité - de type A350 ou B787 -que doit passer la compagnie de Dubai Emirates, déjà le plus gros client de l'A380 avec 55 exemplaires commandés.Le fonds de Dubaï pourrait à terme être rejoint par son confrère de Doha, Qatar Investment Authority. En février, le Premier ministre qatari avait en effet indiqué qu'une entrée dans le capital d'EADS jusqu'à 10 % était envisagée. EADS n'a toujours pas été approché, même si les liens entre l'émirat et EADS se sont renforcés depuis, avec la commande de 80 A350 par Qatar Airways. Certains estiment que l'entrée de Doha au capital du groupe européen est liée au retrait éventuel de la banque russe VTB (5 % des actions).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :