Springer ne lancera pas un quotidien en France

Axel Springer jette l'éponge. Andreas Wiele, responsable des publications du groupe de presse allemand, est venu spécialement hier matin à Paris pour annoncer l'arrêt du projet de lancer un quotidien populaire dans l'Hexagone. Le Bild à la française, qui devait être lancé à plus de 500.000 exemplaires, ne verra pas le jour. Pour Andreas Wiele, il y avait " plus de risques que de chances ".Dans un contexte de crise de la presse française, le projet était ambitieux avec 120 millions d'euros investis dans l'affaire. Pour assurer le succès d'un tabloïd en France, Axel Springer visait dans un premier temps une diffusion de 500.000 exemplaires, bien au-delà de celle du premier quotidien national français, l'Équipe, dont les ventes en 2006 ont atteint environ 350.000 exemplaires. Le Bild français avait donc besoin d'un réseau de distribution très étoffé. Or, la France ne compte que 28.000 marchands de journaux, soit un pour 2.000 habitants, contre un pour 800 en Allemagne Dans ce contexte, il était très difficile de réitérer le succès du Bild allemand, qui revendique le titre de premier quotidien européen avec 12 millions de lecteurs quotidien et des ventes comprises entre 3 et 4 millions d'exemplaires vendus.COUP DUR POUR L'EMPLOIPour expliquer sa décision, Springer a mis en cause les difficultés posées par les systèmes d'impression et de distribution dans l'Hexagone. L'éditeur allemand avait demandé aux NMPP de créer 10.000 points de vente supplémentaires d'ici Noël alors que le distributeur prévoit 5.000 points de vente supplémentaires en 2010... Enfin, Springer a pris très au sérieux les menaces de grève du Syndicat du livre.Le coup est dur pour l'équipe qui, depuis deux ans, travaillait sur le sujet à Paris sous la houlette de Rémy Dessarts et de Didier Pourquery. Ces derniers mois, les recrutements s'étaient multipliés et la rédaction devait à terme compter près de 300 personnes. Conséquence directe de ce retrait, Robin Leproux et Rémy Dessarts, respectivement président-directeur général et directeur général de Axel Springer France quittent le groupe, comme le révélait hier laTribune. fr Les deux hommes ne sont pas licenciés et ils ne démissionnent pas non plus, mais leur contrat s'arrête avec le non-lancement du journal, précise-t-on chez Springer.Axel Springer, qui possède plusieurs titres de la presse magazine ( Télé Magazine, Vie Pratique Madame ...), a indiqué qu'il continuerait à se développer en France, notamment sur Internet. Il a récemment acquis 41 % du portail Auféminin.com.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.