Une conduite sous surveillance permanente

Propre et sûre, sans doute. Contraignante et ennuyeuse, peut-être aussi. La voiture de 2015 rejettera probablement moins de 120 g de CO2 par kilomètre, objectif fixé par la Commission dans cinq ans, grâce à des petits moteurs sophistiqués et des systèmes hybrides (thermique-électrique). Les véhicules seront plus légers qu'aujourd'hui — de 200 kg au bas mot—pour consommer moins,mais plus résistants en cas de choc, mieux insonorisés, lumineux grâce aux toits en verre. Durant les longs embouteillages, on restera connecté avec son bureau, son domicile, ses interlocuteurs. Pour le meilleur et le pire.La conduite sera relax. Le régulateur bloquera la vitesse sur autoroute à 90 (le maximum autorisé à cet horizon). Pas de risque, toutefois, de s'endormir. Des bip-bip permanents avertiront le conducteur quand un véhicule le précède ou le suit de trop près, qu'un motard se faufile, qu'il risque de pleuvoir, que les mains sur le volant deviennent trop molles (signe de relâchement). Mieux, comme Toyota l'a montré sur un prototype au dernier salon de Tokyo, l'automobiliste sera sous surveillance médicale, avec un bilan cardiaque régulier. De là à ce que le véhicule refuse de démarrer ou s'arrête en cas de stress trop marqué... Déjà, l'éthylotest l'aura empêché de mettre le contact à plus de 0,001 gramme d'alcool dans le sang. "ATTENTION, VOUS PARLEZ À VOTRE VOISINE" Le principe de précaution aidant, l'automobiliste sera constamment sollicité par des messages divers : "Attention, danger, vous avancez", "Attention vous avez enclenché la marche arrière, vous reculez", "Attention, vous parlez à votre voisine. Vous n'êtes plus concentré sur votre conduite". Déjà, à chaque mise en route, Nissan affiche sur l'écran GPS une page d'instructions sur la nécessité du respect du Code de la route, qui ne s'efface pas, sauf si le conducteur appuie sur Enter.La conduite elle-même sera standardisée, le conducteur ayant de moins en moins d'influence. Chaque modèle aura sa panoplie d'assistances (aide au parcage, freinage et évitement d'obstacles automatiques...). Les moteurs seront bridés et, de toute façon, radars et satellites traqueront les incartades. Bref, la conduite risque d'être aussi amusante que l'utilisation d'un appareil électroménager.Bijou technologique, la voiture de demain risque d'être également chère. Et l'entretien ne sera pas donné. Espérons que la complexité n'engendre pas une fiabilité trop aléatoire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.