La technologie s'invite dans la chambre d'hôtel du futur

 |  | 713 mots
Regarder le soir un film qui s'inscrit au milieu d'une baie vitrée donnant sur Paris illuminé. C'est une des idées que propose la " concept room " actuellement testée par le groupe Accor dans son Sofitel installé dans le quartier de Bercy. À l'image de ces prototypes qui font le plaisir des visiteurs des salons automobiles, le groupe hôtelier teste actuellement deux chambres qui n'ont pas vocation à être dupliquées telles quelles dans les quelque 4.000 hôtels que compte Accor dans le monde. Mais elles permettent d'évaluer les réactions des clients les plus habitués lorsqu'ils sont confrontés à certaines évolutions.La technologie est largement présente dans ces chambres. Elle commence dès la porte d'entrée de la chambre. Le voyageur n'a plus besoin de faire une halte à l'accueil, " souvent perçue comme une perte de temps pour les clients qui fréquentent souvent les hôtels ", constate David Esseryk, responsable des innovations technologiques chez Accor. Dans ce nouvel univers, le client reçoit à l'avance son numéro de chambre sur son téléphone portable. Ce même téléphone lui sert ensuite de clé pour entrer dans sa chambre grâce à une puce RFID, radio frequency identification. Ce sont les seuls signes tangibles du nouvel environnementPour le reste, la technologie est partout mais invisible. Un écran de télévision est intégré dans la baie vitrée. Il peut se muer en écran d'ordinateur, donner accès à Internet ou à un catalogue de films à la demande. Un son impeccable envahit la chambre sans qu'aucune enceinte soit visible. Le son se diffuse en utilisant la résonance des matériaux, telle que celui du coffrage cachant les tringles à rideaux.Dans la chambre de demain, le lit a toujours toute sa place, malgré tout. " Il reste en majesté ", explique Michel Gicquel, directeur des innovations et du design. Il est considérablement agrandi pour plus de confort : 2,10 mètres de large, pas moins au lieu du 1,40 mètre ou au mieux 1,60." NOUS ENTRONS DANS L'ERE DU DECLOISONNE "L'autre grande révolution dans ces futures chambres d'hôtel est la reconfiguration des espaces intérieurs. Les professionnels constatent que les attentes des clients des hôtels ont évolué beaucoup plus vite que le confort offert par les chambres de ces établissements. L'objectif est désormais de prendre un peu d'avance sur l'évolution de l'habitat. Et pour Michel Gicquel, grand détecteur des futures tendances de l'habitat, la chambre d'hôtel de demain doit prendre en compte la fin " des pièces dévolues à chaque fonction. Un concept qui a dominé l'habitat durant les cent cinquante dernières années ". " Nous entrons dans l'ère du décloisonné ", prédit cet expert, qui pense que le phénomène pourra durer trente à quarante ans.La salle de bains est la grande gagnante de cette évolution dans les chambres actuellement testées par Accor. Dans les habitats, cette pièce est souvent exiguë et elle n'a pas vraiment évolué au cours des dernières années, en contradiction avec le souci de bien-être qui se développe et nous incite à passer plus de temps dans cette pièce. Une grande salle de bains est donc immédiatement perçue comme un élément qualitatif fort. Cette dernière pourrait occuper à l'avenir entre 25 % et 30 % de la surface d'une chambre d'hôtel, contre moins de 20 % jusqu'à présent.Et ce ne sera plus une pièce fermée. La salle de bains s'ouvre sur la chambre et profite de la lumière naturelle en provenance de la chambre. Mais l'intimité peut être préservée grâce à de nouveaux matériaux comme ces plaques de verre développées par Saint-Gobain qui deviennent opaques par une simple pression sur un interrupteur. La douche est améliorée par une " rainshower " , ces pommes de douches de grandes dimensions qui donnent l'impression d'être sous une pluie tropicale. Elles peuvent même se transformer en brumisateur. Enfin, les écrans plats peuvent se multiplier. Ainsi, la glace de la salle de bains devient au choix un miroir ou un écran de télévision que l'on peut regarder en prenant son bain. De quoi avoir envie de prolonger son séjour, ou de revenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :