Carrefour renonce à racheter le turc Migros

 |   |  207  mots
José Luis Duran , président du directoire de Carrefour, a jugé finalement que l'opération ne répondait pas aux critères qu'il s'est fixés pour des acquisitions à l'étranger. Notamment de prix et de facilité d'intégration. Le numéro deux mondial de la distribution ne " présentera pas une offre commune pour l'acquisition " du turc Migros, a-t-il fait savoir hier. Carrefour et son partenaire turc, Sabanci, faisaient partie des candidats au rachat des 51 % de Migros pour lesquels, cet été, Koc a donné un mandat de vente à la banque JP Morgan.LA TURQUIE, UN PAYS CLELe 5 novembre 2007, Carrefour et Sabanci avaient présenté ensemble une offre indicative pourreprendre ce groupe aux multiples enseignes (environ 950 magasins), sans lien avec le groupe suisse Migros. L'opération aurait permis audistributeur français d'accélérer son expansion dans un pays où il est entré en 1993 et où il aligne aujourd'hui environ 630 magasins. La Turquie est un pays jugé clé, comme le sont le Brésil et la Chine. La croissance du PIB y avoisine les 7 %. Et le secteur de la distribution est promis à des taux de croissance record : + 45 % d'ici à 2010, pour atteindre 135 milliards d'euros. En avalant Migros et ses 9 % de parts de marché, Carrefour y aurait doublé de taille.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :