Nissan et Chrysler proches d'un accord

 |   |  382  mots
N issan devrait vendre des petites voitures à Chrysler , qui les commercialiserait dans son réseau, affirmait hier la chaîne de télévision japonaise NHK. Les deux constructeurs sont dans la phase finale des négociations, ajoute la chaîne sur son site Internet. À la mi-décembre, le journal Nikkei avait déjà évoqué des pourparlers sur une coopération technique. Un porte-parole de Nissan, cité par l'agence Reuters, s'est borné à reconnaître que des négociations étaient en cours.La firme nippone, dont Renault détient 44 % des parts, pourrait donc fournir son véhicule d'entrée de gamme Versa. Ce modèle japonais, vendu à partir de 12.500 dollars environ, connaît actuellement un grand succès aux États-Unis. Développée sur une plate-forme commune avec Renault, celle des Clio ou autres Modus, la Versa a été ainsi produite à plus de 170.000 unités l'an dernier à Aguascalientes (Mexique).Chrysler a un besoin urgent de petits modèles pour contrer ses rivaux japonais et coréens. En échange, il fournirait à Nissan des pick-up et monospaces, pour lesquels il dispose d'une expertise reconnue mais aussi de capacités de production inemployées. Cette collaboration pourrait être le prélude à la grande alliance américaine, que Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, a souvent appelée de ses voeux.CHRYSLER EN ETAT DE " FAILLITE OPERATIONNELLE "Lâché par Daimler et aujourd'hui propriété du fonds Cerberus (à 80 %), Chrysler est en sérieuses difficultés. Son PDG, Robert Nardelli, a même évoqué devant ses salariés un état de " faillite opérationnelle ". Chrysler aurait encore perdu 1,6 milliard de dollars (1 milliard d'euros) en 2007, selon le Wall Street Journal. Le groupe est le constructeur mondial le plus dépendant de son marché intérieur, alors même que ses ventes y chutent régulièrement. Celles-ci ont encore fléchi de 3 %, à 2,07 millions d'unités, l'an dernier aux États-Unis. La firme d'Auburn Hills est, en outre, trop centrée sur les 4x4 et pick-up, qui représentent les deux tiers de ses ventes. Devant l'évolution des consommateurs américains qui demandent des véhicules un peu plus sobres, Chrysler se retrouve avec une gamme partiellement inadaptée. Malgré des progrès, la qualité de ses produits et la productivité de son outil industriel restent par ailleurs insuffisantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :