L'industrie de défense se prépare à changer des têtes

L'année 2008 pourrait être l'occasion d'un vaste mouvement de chaises musicales de l'industrie de l'aéronautique et de la défense. Pour l'heure, la plupart des projets de réorganisation de directions générales restent encore dans les cartons, même si certains ont déjà fait l'objet d'annonces. C'est notamment le cas de Safran, qui a recruté Olivier Andries (ex-EADS) à la stratégie et a promu le PDG de Turbomeca, Émeric d'Arcimoles, en tant que directeur général adjoint du groupe en charge des affaires internationales.Début janvier 2009, Jean-Marie Poimboeuf doit quitter la barre de DCNS et partir à la retraite ( " La Tribune " du 15 janvier). Outre le directeur général délégué du groupe naval, Bernard Planchais, considéré comme le dauphin du PDG de DCNS, Jean-Georges Malcor, directeur général adjoint de Thales chargé des activités navales, Hervé Guillou, PDG d'EADS Defence & Communications Systems, et Dominique Mockly, directeur général de Technicatome, sont très régulièrement cités. Enfin, le PDG de Nexter, Luc Vigneron, après avoir remis sur les rails le groupe public, aurait aussi très envie de prendre les commandes de DCNS, assure-t-on de sources concordantes. Très apprécié par Hervé Morin, Luc Vigneron, qui a été nommé président du conseil d'administration de Sogepa (Société de gestion de participations aéronautiques), est évoqué également pour prendre la tête de la Délégation générale pour l'armement (DGA). Tout comme les noms de Dominique Mockly et d'Hervé Guillou. À condition bien sûr que François Lureau, délégué général, quitte son poste fin mars.Ce qui n'est pas encore acté par le ministère de la Défense, qui hésite entre un départ de François Lureau ou celui du chef de l'état-major des armées, le général Jean-Louis Georgelin. Le ministère ne voulant pas faire partir deux grands commis en même temps.REAJUSTEMENT CHEZ THALESChez Thales, le PDG, Denis Ranque, a dans ses cartons un projet de réajustement de la direction générale. Il manque encore l'élément déclencheur pour le réaliser. L'opération Safran mise en veille, ce réajustement pourrait commencer par celle des affaires internationales avec un éventuel mouvement de Jean-Paul Perrier. Des candidats se sont montrés intéressés, selon des sources concordantes : François Rambaud, patron de la division système terre & interarmées, Alexandre de Juniac (systèmes aériens) et enfin Jean-Georges Malcor. François Rambaud tiendrait la corde. " Anticiper, c'est prendre les bonnes décisions le moment venu ", rappelle un observateur.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.