Le Printemps joue son avenir sur le luxe

 |   |  333  mots
Plus de 40 % des Français ont acheté un article de luxe dans les deux dernières années. C'est sur ce chiffre que Paolo De Cesare, PDG du Printemps, fonde tous ses espoirs pour l'avenir de la chaîne de grands magasins. " Ce circuit représente 28 % des achats de produits de luxe. Il y a là un levier de croissance durable pour le Printemps " , assure cet Italien nommé en mai 2007 à la tête de l'enseigne, quelques mois après que le groupe Borletti et le fonds d'investissement RREEF l'ont racheté à PPR, pour 1,074 milliard d'euros.UN BUDGET DE 280 MILLIONS D'EUROS SUR CINQ ANSLes nouveaux actionnaires entendent faire du grand magasin né au XIXe siècle à Paris une " icône du luxe ". Un pari, puisqu'il s'agira aussi de faire descendre Gucci, Dior, Chanel ou Cartier jusqu'aux magasins de Brest ou Poitiers. Avec un objectif ambitieux : atteindre 5 à 7 % de croissance annuelle entre 2008 et 2011, après 3,3 % en 2007 et 2,6 % en 2006.Pour engager cette métamorphose, la chaîne aux 17 magasins disposera d'un budget de 280 millions d'euros sur cinq ans. Environ 10 % seront alloués à la modernisation des systèmes d'information et à l'implantation du progiciel de gestion SAP. Le reste sera injecté dans les magasins. " Soit deux à trois fois plus qu'auparavant ", remarque Paolo de Cesare, qui a renouvelé 50 % de l'état-major du Printemps pour mener à bien sa stratégie.Au programme des rénovations prévues, figurent d'ores et déjà les magasins de Deauville, Vélizy et Lyon (2008) avant Parly 2 (2009-2010). Le vaisseau amiral du boulevard Haussmann, à Paris (50 % du milliard d'euros de chiffre d'affaires total), bénéficie, lui, d'une enveloppe de 30 millions d'euros pour la rénovation de ses façades, un chantier entamé depuis peu. S'y ajoutera une vaste restructuration du bâtiment de la mode sur deux ans : son coeur sera évidé sur trois niveaux pour le doter d'un hall à la manière d'un palace. Entre-temps, l'enseigne aura déployé sa nouvelle identité publicitaire imaginée par Stephen Gan, directeur artistique du magazine de mode Harper's Bazaar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :