DCNS cherche sa croissance à l'étranger

 |   |  360  mots
Il faut aller chercher la croissance de DCNS à l'international ", assure Jean-Marie Poimboeuf, PDG du groupe naval. De passage à Singapour à l'occasion de la mise en service de trois nouvelles frégates Delta dérivées des françaises de la classe La Fayette, le patron de DCNS ne s'attend pourtant pas à engranger en 2008 de gros contrats à l'export. À l'exception, précise-t-il, de la vente d'un exemplaire de la frégate multimission (Fremm) au Maroc, qui doit se conclure " au cours du premier trimestre " de 2008.Le patron de DCNS pense qu'il ne récoltera que dans deux ou trois ans les résultats des négociations engagées auprès de plusieurs pays intéressés par des navires de son groupe. Il ne croit pas ainsi aboutir cette année à la vente des quatre corvettes Gowind en Bulgarie. Ni à la conclusion des contrats sous-marins Scorpène au Brésil (1 exemplaire), au Pakistan (3) et en Turquie (6) ainsi que des Fremm en Grèce. Enfin, il mise beaucoup sur la vente de Fremm à l'Arabie Saoudite dans le cadre du programme Sawari III. Ce qui donnerait de la charge de travail au site de Lorient de DCNS. " Le contrat ne sera pas signé avant trois ans ", observe-t-il prudemment. Intéressés aussi par le Scorpène, les Saoudiens ne prendront leur décision qu'après l'achat de leurs bâtiments de surface.En revanche, DCNS a réussi trois jolis coups à l'export. Certes modestes, mais aux dépens de son principal rival, l'allemand TKMS. Après le Chili et le Venezuela, DCNS va rapidement annoncer avoir remporté en partenariat avec le chantier chilien Asnar la modernisation de 2 sous-marins allemands U209 en Équateur. Pour un contrat évalué par DCNS à environ 10 millions d'euros.FILIALE INDIENNEJean-Marie Poimboeuf table sur la maintenance et les services aux flottes étrangères. Il vient d'obtenir le principe de créer un joint-venture avec un chantier naval malaisien, qui détiendra la majorité de la société commune. Celle-ci sera chargée de l'entretien des deux Scorpène de la marine malaisienne. En Inde, DCNS va créer une filiale; en vue notamment de faciliter la constitution de joint-venture avec un partenaire local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :