La fibre optique se déploie lentement en Europe

 |   |  452  mots
Les projets foisonnent, les annonces fleurissent. Mais la réalité du déploiement de la fibre optique en Europe reste modeste. Cette technologie qui permet d'accéder au très haut débit (100 mégabits contre 8 Mb en moyenne pour l'ADSL) ne concernait, à la fin de 2007, qu'un million d'abonnés au sein de l'Europe des Vingt-Sept agrandie de la Norvège, de l'Islande, de la Suisse et d'Andorre, selon des chiffres de l'Idate, le centre de recherche spécialisé de Montpellier. C'est environ 1 % des abonnés au haut débit. En dix-huit mois, leur nombre a progressé de 23 % alors que celui de foyers raccordés a bondi de 79 % à 4,9 millions." L'Europe est encore largement derrière les États-Unis. Ils comptent 2 millions d'abonnés, dont 1,5 million pour le seul Verizon, sans parler du Japon et de ses 11 millions d'abonnés ", observe Roland Montagne, consultant de l'Idate, commentant un panorama dressé pour le compte du FTTH Council Europe, une organisation à but non lucratif de promotion de la fibre optique. L'Idate prévoit 27 % d'abonnés au très haut débit, environ 30 millions, d'ici à 2015.En dépit des annonces fracassantes de Free puis d'Orange, la France n'est pas bien placée. Elle a 43.500 abonnés et 510.000 foyers raccordés. La moitié l'est par Free (241.000) devant Orange (146.000) et Neuf (120.000), auxquels s'ajoutent les 2 millions de foyers raccordables par Numericable qui ne tire pas de fibre jusqu'à l'abonné mais s'arrête en pied d'immeuble.RESEAU LARGEMENT RENTABILISELe million d'abonnés européens reste concentré à 86 % dans cinq pays pionniers : la Suède, l'Italie, la Norvège, les Pays-Bas et le Danemark. Une des raisons du retard du Vieux Continent vient peut-être de l'éparpillement : 200 projets de déploiement sont en cours et 61 % sont à l'initiative de collectivités locales ou de groupes d'électricité. Toutefois, les opérateurs alternatifs montent en puissance et représentent déjà la moitié des abonnés.Dans l'ensemble, les opérateurs historiques rechignent à remplacer leur paire de cuivre, largement rentabilisée, par de la fibre optique. Deutsche Telekom a ainsi préféré le VDSL, qui améliore les performances de l'ADSL. Le néerlandais KPN également mais il commence à déployer aussi de la fibre.La lenteur du déploiement est surtout due aux problèmes de partage des coûts du génie civil. Les alternatifs, regroupés au sein de l'Ecta au niveau européen et de l'Aforst en France, redoutent que les anciens monopoles, en s'appuyant sur leurs infrastructures existantes, freinent la concurrence dans la fibre. L'Aforst rappelle que le rapport Attali recommande " le dégroupage des fourreaux existants et des fibres posées par l'opérateur historique ", ce second point n'étant pas prévu par le régulateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :