La reprise d'Adelphia se précise

 |   |  468  mots
Le conseil d'administration d'Adelphia, cinquième câblo-opérateur américain, aurait accepté, en fin de semaine dernière, l'offre, faite par Time Warner, associé à Comcast, d'acheter la société en faillite pour un montant de près de 18 milliards de dollars, en cash et en actions. Dans un contexte où les fournisseurs se battent désormais pour offrir non seulement du câble, mais aussi des connexions Internet à haut débit et de la téléphonie au plus grand nombre d'abonnés possible, la consolidation, dans le secteur, se poursuit.Accélération. Les appétits vis-à-vis d'Adelphia et de ses 5,3 millions d'abonnés dans 31 Etats étaient grands. Déjà sur les rangs, le tandem Time Warner-Comcast avait d'ailleurs vu débouler il y a quelques jours Cablevision Systems, qui offrait d'acheter Adelphia pour 16,5 milliards de dollars, en cash uniquement. Les choses se sont du coup accélérées. L'équipe Time Warner-Comcast a aussi présenté en fin de semaine dernière son offre au tribunal des faillites. De fait, c'est notamment le juge des faillites qui doit se prononcer sur l'offre. A la suite de malversations comptables, perpétrées par le fondateur de l'entreprise, John Rigas, et ses deux fils, Adelphia s'était en effet placée, en 2002, sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites.Mais les créanciers, auxquels Adelphia doit quelque 20 milliards de dollars, doivent aussi donner leur aval. Parmi eux, le fonds W. R. Huff Asset Management Co. a la réputation d'être particulièrement exigeant. Selon leur offre, Time Warner et Comcast paieraient les créanciers d'Adelphia environ 13,5 milliards de dollars en cash et 4,5 milliards sous forme d'options (warrants) sur actions d'une compagnie qui naîtrait de la fusion des activités câble de Time Warner et d'Adelphia. Comcast contribuerait à hauteur de 2 milliards de dollars (associé à un échange de ses 21 % de parts qu'il détient dans les activités de câble de Time Warner). Le tout pour récupérer 2 millions d'abonnés d'Adelphia. Quant à Time Warner, il paierait environ 3 milliards de dollars en cash et emprunterait environ 8 milliards de dollars, un emprunt adossé à la valeur de la future société qui résulterait de la fusion.Acquisition d'abonnés. Les deux plus gros câblo-opérateurs américains (avec 21,5 millions d'abonnés pour Comcast et 10,2 pour Time Warner) peuvent en fait espérer faire d'une pierre deux coups avec cette opération. En effet, au-delà de l'acquisition des abonnés d'Adelphia, notamment dans de grandes villes comme Los Angeles et Miami où le potentiel de croissance est élevé, l'opération permettrait à Time Warner et Comcast de dénouer des liens que les autorités réglementant la concurrence souhaitent voir défaits avant nvembre 2007.Lysiane J. Baudu, à New York

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :