Réorganisation en profondeur chez Computer Associates

 |  | 520 mots
Les cinq dernières années n'ont guère été calmes pour Computer Associates (CA). Après une période flamboyante marquée par une très forte croissance externe, l'éditeur américain spécialisé dans l'administration de systèmes informatiques et les solutions de sécurité s'est retrouvé pris dans une tourmente financière qui a d'abord eu raison de son fondateur, Charles Wang, puis de son successeur, Sanjay Kumar.Pour éviter de nouveaux déboires et repartir sur des bases saines, les actionnaires de CA ont décidé de faire appel à John Swainson. A peine arrivé, ce vétéran d'IBM - il y a passé six ans et l'a quitté comme directeur de la division logicielle - a entamé une vaste réorganisation. L'objectif est de redonner à Computer Associates sa notoriété et de lui permettre de lutter efficacement contre ses grands concurrents IBM, Microsoft ou Symantec.Coup de balai. Interrogé par La Tribune, John Swainson confie : "J'ai été agréablement surpris en arrivant chez CA par la qualité des équipes et les relations avec les clients. Aujourd'hui, la plupart sont prêts à nous aider à reconstruire l'entreprise." Néanmoins, il reste lucide : "Il y a beaucoup à faire. En arrivant, j'ai trouvé une organisation très fragmentée dont il faut connecter les différents éléments. Ainsi, l'efficacité de la R&D [recherche et développement] n'est pas optimale car les chercheurs ne connaissent pas réellement les besoins du marché. En outre, CA n'a pas une gestion performante de ses relations clients."L'une des premières initiatives du nouveau patron a été de réorganiser les activités de la société autour de cinq "business units" et d'y associer la R&D. John Swainson veut aussi mettre l'accent sur le marketing et les services. Mais pas question d'évoluer comme IBM : "CA reste un éditeur de logiciels. Notre objectif principal est de s'assurer que le client est satisfait."Sa croissance externe pléthorique a mis Computer Associates à la tête d'un énorme portefeuille de produits mais cette politique a eu pour effet de brouiller l'image de l'éditeur auprès du marché et de ses clients. C'est pourquoi, sans renier le passé, John Swainson envisage là aussi un sérieux coup de balai : "Pour le moment, nous devons maintenir toutes nos lignes de produits par engagement envers nos clients. Mais peu à peu, nous allons réduire le portfolio et nos investissements vont se concentrer sur la sécurité et la gestion des infrastructures technologiques."Fort du retour à la profitabilité de la société (36 millions de dollars de bénéfice net pour 911 millions de de chiffre d'affaires lors du dernier trimestre fiscal), John Swainson a identifié quatre axes de croissance : organique ; en investissant dans des régions où CA est peu présent (Moyen-Orient, Europe de l'Est, Chine...) ; attaque de nouveaux segments de marché comme les PME ; et toujours, acquisitions stratégiques. Car, explique John Swainson, "les clients réduisent leur nombre de fournisseurs et veulent des interlocuteurs capables comme nous de leurs offrir des solutions de bout en bout".Florence Puybareau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :