Devoteam à l'affût de nouvelles acquisitions

 |  | 383 mots
Les belles performances dégagées par Devoteam sur l'année 2005 ont permis à la société de services spécialisée dans les infrastructures de systèmes d'information de fêter plus que dignement le dixième anniversaire de son existence. Le chiffre d'affaires s'est établi à près de 200 millions d'euros, en hausse de 32 %. Quant au résultat opérationnel, il a quasiment doublé à 14 millions d'euros soit une rentabilité de 7 %, contre 5 % en 2004. "Le marché étant bien orienté, nous sommes un petit peu plus agressifs dans nos prévisions", explique Stanislas de Bentzmann, co-président du directoire de Devoteam.Pour 2006, le groupe anticipe, malgré un nombre de jours de facturation "au plus bas", une croissance de 21 % du chiffre d'affaires à plus de 240 millions d'euros et une rentabilité de 7,7 %. "Nous devrions arriver aux 10 % avant 2010", avance Stanislas de Bentzman. Trois cents emplois nets doivent être créés cette année, ce qui porterait les effectifs à près de 2.500 personnes.Stratégie offensive. Ces performances bien supérieures à celles du marché, le groupe les attribue avant tout à la dynamique de sa spécialisation (les services d'infrastructures) et à sa stratégie offensive mais rigoureuse d'acquisitions. "Nous intervenons sur des niches plus porteuses que les grandes SSII généralistes comme la téléphonie sur Internet, la sécurisation des infrastructures, le management de la sécurité", explique Stanislas de Bentzmann. Parallèlement, le groupe "réussit globalement ses acquisitions", au nombre d'une dizaine depuis 1995. Dernières en date, celles de TopFicie aux Pays-Bas en octobre et de daVinci en Norvège il y a une quinzaine de jours.Ces deux derniers rachats participent de la volonté de la société de poursuivre son développement à l'international. Pour accompagner ses clients, en majorité des grands comptes, l'option a été prise d'aller résolument chasser hors de France, notamment "sur les zones à très forte croissance tels le Moyen-Orient et l'Europe de l'Est". Si la croissance interne est privilégiée au Moyen-Orient (une filiale a été créée en Arabie Saoudite en 2005), Devoteam est à l'affût d'acquisitions en Europe de l'Est. Le groupe, qui dispose d'une trésorerie de 35 millions d'euros en hausse de 35 % par rapport à 2004, "regarde" également les marchés allemand et italien et souhaite à terme réaliser la moitié de son activité à l'international (contre 30 % aujourd'hui). C. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :