La Fnac se branche dans le mobile

 |  | 391 mots
L'agitateur culturel se lancera dans la téléphonie mobile avec Orange le 6 juillet prochain. La Fnac a en effet passé un accord de licence avec le premier opérateur mobile de France. Et le distributeur a présenté hier ses offres de téléphonie dont la facturation, les services associés et la gestion du réseau seront assurées par Orange. Les investissements et donc la prise de risque sont ainsi réduits, le groupe ayant connu des échecs dans les télécoms au début des années 2000, notamment avec le fournisseur d'accès à Internet Mageos.Un service supplémentaire. " Ce n'est pas notre métier d'être opérateur télécoms ", a expliqué hier le président de la Fnac, Denis Olivennes. La filiale de PPR mise sur ses 69 magasins en France et son 1,8 million d'adhérents, ses clients fidèles dotés d'une carte maison. Ceux-ci, en moyenne âgés de 25 à 55 ans, sont " actifs, urbains, technophiles ", selon Lionel Jarlan, responsable du projet, et représentent la moitié des ventes de l'enseigne. Mais la Fnac veut aussi capitaliser sur les 200.000 abonnements et cartes prépayées et les 70.000 portables vendus dans ses magasins l'an passé.L'idée n'est donc pas de faire du volume mais plutôt d'apporter un service supplémentaire à une clientèle exigeante. " De plus en plus, les consommateurs demandent des offres de services associés à des produits, selon Denis Olivennes. Pendant longtemps, le portable a été consacré essentiellement à la voix mais il devient un instrument moderne pour écouter de la musique ou stocker ses contenus multimédias. "L'offre de la Fnac fait donc la part belle à la musique et à l'Internet, via le réseau 3G d'Orange. Pour séduire ses clients haut de gamme, les forfaits commencent à 44 euros par mois pour trois heures plus les communications illimitées vers un numéro fixe ou mobile. Les chansons du catalogue Fnacmusic.fr seront téléchargeables via un téléphone Fnac Mobile pour 1,99 euro par titre. Denis Olivennes estime que la Fnac bénéficie de deux atouts : "l'expertise de ses vendeurs " et " l'étendue de son offre de services dématérialisés ". D'ailleurs, la filiale de PPR lancera une offre de vidéo à la demande sur Internet dans les prochaines semaines et réfléchit à une offre ADSL.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :