Le Conseil de la concurrence estime logique la fusion TPS/Canal Plus

 |  | 456 mots
Sur le fond, l'avis que le Conseil de la concurrence doit remetre d'ici jeudi au ministère de l'Economie, ne devrait pas comporter d'opposition de principe au rachat par Canal Plus, qui contrôle le bouquet de télévision par satellite CanalSat, du bouquet concurrent TPS.En effet, cette opération "répond à une certaine logique industrielle et commerciale", a indiqué hier le président du Conseil de la concurrence Bruno Lasserre, lors de la présentation du rapport d'activité du Conseil pour 2005 (voir page). Cette "intégration verticale" dans le secteur de la télévision payante "répond à une équation assez simple, a t-il poursuivi. Pour pouvoir conquérir et satisfaire des téléspectateurs, il faut leur offrir des contenus attractifs et donc chers. Et pour pouvoir amortir les coûts d'acquisition de ces droits, qu'il s'agisse du cinéma ou du sport, il faut pouvoir maintenir le lien avec le consommateur final".Pressions concurrentielles. Cette déclaration semble indiquer le Conseil ne devrait pas exiger que groupe Canal Plus, éditeur de la chaîne Canal Plus, perde la distribution de cettte chaîne et la gestion de son portefeuille abonnés.Par ailleurs, a souligné Bruno Lasserre, dans les autres pays - Italie, Espagne, Royaume Uni -, on est passé, sous certaines conditions, de deux plate-formes satellitaires à une seule. Et l'opération Canal Plus/TPS se présente dans le contexte de deux "spécificités" françaises. La France est "le seul pays dans lequel le cinéma national constitue une offre premium". D'autre part, l'ADSL (Internet haut débit) y connaît un développement "assez significatif", avec "des offres multi-play qui conjuguent vente de la téléphonie fixe, de l'internet et de la télévision".Pour le Conseil, il faut "faire en sorte que ces pressions concurrentielles permettent de limiter le pouvoir acquis par le nouvel ensemble et que cette intégration verticale n'assèche pas ces droits (d'acquisition de programmes. ndlr) au détriment des autres concurrents", les chaînes éditrices, et les opérateurs qui vont distribuer la télévision payante par satellite, câble ou par ADSL. Le Conseil devrait donc formuler des exigences, notamment pour garantir la fluidité du marché des droits. Selon nos informations, il a demandé à Canal Plus, lors de sa dernière audition, le 4 juillet, de prendre une série de 41 engagements.Canal Plus a fait des propositions d'engagements "importants, variés et substantiels que nous sommes en train d'évaluer" a souligné Bruno Lasserre. En fonction de l'avis du Conseil , L'avis qui sera "long et minutieux", sera publié en même temps que la décision du ministère de l'Economie, mi-août, sur cette opération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :