France Cartes acquiert de nouveaux atouts grâce à sa diversification

 |   |  425  mots
" Nous proposons des carrousels de jetons, des tables, des distributeurs automatiques, des tapis, des mallettes, etc. ", détaille Laurent Weisbuch, le directeur de Frances Cartes, qui réalise entre 10 % et 15 % de son chiffre d'affaires grâce au poker. En 2007, la société a poursuivi sur sa lancée en décrochant la licence World Poker Tour, dont les matchs retransmis sur Canal Plus sont commentés notamment par Patrick Bruel." Nos produits sont désormais estampillés WPT ", annonce fièrement Laurent Weisbuch. Créée en 1962 à Nancy, France Cartes passe successivement dans les mains de trois repreneurs jusqu'à la fin des années 1980. En 1989, Yves Weisbuch, ancien salarié, reprend la société en perte de vitesse. Gérée aujourd'hui par Laurent Weisbuch, son fils, elle connaît un nouvel élan en s'ouvrant à des activités connexes au jeu grâce à des opérations successives de croissance externe.DES JEUX EN BOIS AUX MANGASLe holding regroupe ainsi dix spécialistes dont Vauchier Playbox (pistes de dés), Héron (cartes à jouer publicitaires), Smir (tapis de cartes), RC Création (coffrets et caves à cigares), Dusserre (cartes vendues dans les musées) et plus récemment Jeujura (jouets en bois), société rachetée en mai 2006. La notoriété de cette entreprise familiale créée en 1911 a permis à Laurent Weisbuch de relancer les kits de construction et de mettre sur le marché de nouvelles gammes sous licences Disney et Oui-Oui.Cette diversification ne fait pas oublier à France Cartes son activité première de fabricant de cartes à collectionner qui font fureur dans les cours de récréation. En 2003, elle obtient le droit de distribution du manga Yu-Gi-Oh. En septembre 2006, elle décroche la licence de fabrication des jeux de cartes Totally Spies et celle du manga Code Lyoko. France Cartes détient ainsi treize licences dont Franklin, Le Manège Enchanté ou Oui-Oui. " Nous fabriquons 100.000 pochettes de cartes à collectionner par jour et 200.000 jeux traditionnels de cartes, soit environ 50 millions de cartes par an ", précise Laurent Weisbuch.En mai 2006, face à la forte demande de ces cartes à collectionner, France Cartes a mis au point un système unique de production qui permet de confectionner les cartes, de les trier de façon aléatoire avant d'en faire des paquets. Cette " ensacheuse à tirage aléatoire " traite 5.000 jeux à l'heure. La société nancéienne investit ainsi entre 5 % et 6 % de son chiffre d'affaires dans de nouvelles machines, dont 27 sont protégées par des brevets. En 2007, le holding France Cartes a réalisé 35 millions d'euros de chiffre d'affaires pour 200 salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :